Des gamins interrogent le gouvernement finlandais à une réunion d’information sur le coronavirus

Pour la toute première fois dans l’Histoire, un Premier ministre finlandais a tenu une conférence de presse où les journalistes invités à poser leurs questions étaient des écoliers. Sanna Marin et certaines de ses collègues du gouvernement finlandais se sont adressées directement aux enfants du pays.

Lire article

Depuis la mi-mars 2020, presque tous les écoliers de Finlande suivent leurs cours dans le cadre du télé-enseignement en se connectant en ligne depuis leur domicile en raison des mesures adoptées par le pays pour ralentir la propagation du COVID-19. À l’heure où ces lignes étaient écrites, on estimait que le retour sur les bancs de l’école réelle pourrait se faire à la mi-mai, au plus tôt.

La plupart des enfants sont désormais habitués à assister à leurs cours sous forme de vidéoconférences et à rendre leurs rédactions en ligne. De nombreux enseignants ont donné à leurs élèves un devoir assez unique en son genre à faire le 24 avril 2020 en leur demandant de se connecter ce jour-là à une conférence de presse pour écouter la Première ministre Sanna Marin, la ministre de l’Éducation Li Andersson et la ministre des Sciences et de la Culture Hanna Kosonen.

Il ne s’agissait pas d’un événement médiatique comme un autre, puisque les journalistes appelés à poser des questions par liaison vidéo étaient des enfants.

C’était là la première conférence de presse organisée par un gouvernement finlandais à destination des enfants du pays : ceux-ci eurent l’occasion d’entendre des journalistes de leur âge exprimer les préoccupations qui sont celles de l’ensemble des écoliers finlandais, soit plus d’un demi-million d’élèves.

Il ne restait plus aux ministres qu’à faire face à la caméra et à répondre.

Des questions présentes dans tous les esprits

Dans le studio de l’Yle après la conférence de presse, Emma et Aaron admettaient volontiers qu’ils s’étaient sentis un peu nerveux à l’idée de poser des questions à la Première ministre sur la chaîne de télévision nationale. On peut lire les mots « Les ministres répondent aux questions des enfants » sur le bandeau passant à l’écran.Photo : VoicilaFINLANDE.fi

La conférence de presse a eu lieu en finnois et en suédois, qui sont les deux langues officielles principales de la Finlande, tout en faisant l’objet d’une interprétation simultanée en langue des signes finnoise.

Sept enfants ont posé des questions au nom des différents médias représentés pour l’occasion. Emma et Aaron étaient installés dans le studio de l’Yle (la radiotélévision publique finlandaise) où est habituellement réalisée l’émission pour enfants Galaxi, tandis que Valdemar et Nuutti ont pu poser leurs questions de chez eux au nom de Lasten uutiset (« Les News des enfants »), une chaîne TV thématique proposée par le quotidien Helsingin Sanomat.

Les questions qui ont été posées allaient de « Quand est-ce qu’on va pouvoir retourner à l’école ? » et « Est-ce qu’on pourra aller au parc d’attractions cet été ? » à « Quand est-ce qu’on pourra rendre visite à nos grands-parents et à d’autres membres de notre famille pas tout jeunes ? » et « Que peut-on faire si on se sent stressé par la situation actuelle, ou si cette situation nous fait peur ? »

Il ne fait pas de doute que de nombreux parents et grands-parents ont suivi avec intérêt cette conférence de leur côté. Après tout, ils ont eu eux aussi à répondre aux questions de leurs enfants et petits-enfants, sans compter que certaines des questions qu’on a pu entendre à la conférence étaient universelles et qu’elles avaient de l’intérêt indépendamment de l’âge du téléspectateur.

« Combien de temps pensez-vous qu’il faudra pour que le coronavirus soit derrière nous et que la vie reprenne normalement ? » a demandé une jeune fille prénommée Ia.

Andersson lui a répondu : « C’est une très bonne question que celle que vient de poser Ia, mais il est aussi très difficile d’y répondre (…). Nous pensons, nous collectivement au niveau du gouvernement, que nous allons probablement devoir être attentifs au coronavirus encore assez longtemps. Quant aux règles que nous avons arrêtées ensemble, notamment sur l’importance de se laver les mains, de respecter les distances et de ne pas aller voir ses grands-parents (…), nous estimons que nous allons devoir suivre ces règles encore pendant un bon moment en Finlande, qu’elles seront en vigueur même encore cet automne. »

Tendre sa main à l’autre

Au cours d’une émission en direct, la Première ministre finlandaise Sanna Marin répond aux questions d’une jeune fille prénommée Iiris tandis qu’une autre écolière suit l’échange depuis chez elle. Le bandeau visible en bas de l’écran indique : « Le gouvernement finlandais s’exprime sur la crise du coronavirus ».Photo : VoicilaFINLANDE.fi

La dernière question a été posée par Aaron dans son studio de l’Yle : « Que puis-je faire pour la Finlande ? »

La Première ministre a répondu en ces termes : « Il est bien évident que la chose la plus importante qu’ont à faire en ce moment les enfants consiste à suivre leur apprentissage à distance, à faire attention de bien continuer à apprendre, même si l’école telle qu’elle se présente dans son fonctionnement actuel n’est pas ce à quoi nous sommes habitués. Et bien sûr aussi, il est très important que vous restiez en contact avec les membres de votre famille, vos amis et d’autres personnes. Je pense que ça fait très plaisir à de nombreux grands-parents qu’on les appelle et qu’on leur demande de leurs nouvelles, et qu’on leur donne aussi des nouvelles. »

Andersson a déclaré de son côté : « Vous faites déjà beaucoup d’efforts. Nous savons que le télé-enseignement n’est pas ce qu’il y a de plus facile (…). Il y a autre chose que vous pouvez faire, que je crois très importante : c’est de prendre soin non seulement de vos grands-parents, mais aussi de vos amis. Si vous remarquez que vous n’avez pas parlé à l’un de vos camarades de classe depuis longtemps, ou si quelqu’un vous semble un peu démoralisé, ou qu’il ou elle n’a pas participé dernièrement aux séances de télé-enseignement comme d’habitude, alors c’est vraiment une bonne idée de lui tendre la main en lui demandant si tout va bien et si vous pouvez faire quelque chose. »

« Nous pouvons nous remonter le moral les uns les autres », a ajouté Kosonen. « C’est un point très important comme viennent de le dire Sanna et Li. Un petit message ou un appel à un ami ou un grand-parent (…). Ta question était excellente. »

Toujours installés dans le studio de l’Yle une fois la conférence de presse terminée, Emma et Aaron ont échangé sur la façon dont les choses s’étaient passées. « Qu’est-ce que vous avez pensé des réponses des ministres ? », leur a demandé la journaliste de l’émission Galaxi Jasmin Beloued.

« J’ai plutôt bien compris tout ce qu’elles ont dit », a commenté Emma. « Elles ont été très directes dans la description des choses, sur ce qu’on a le droit de faire et sur ce qui est interdit (…). J’ai été déçue d’apprendre qu’on ne pourra toujours pas rendre visite à nos grands-parents pendant encore un certain temps. »

Par Peter Marten, avril 2020

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

En savoir plus

Les habitudes familiales changent avec le passage au télé-enseignement en Finlande

Les familles finlandaises comme du monde entier sont aujourd’hui confrontées à des défis nouveaux : bien des parents travaillent désormais chez eux tandis que de nombreux enfants se sont mis à suivre leurs cours en ligne. Chacun doit dès lors se trouver son espace personnel, de préférence une pièce où il peut se retrouver seul, afin d’y adopter de nouvelles habitudes quotidiennes de travail devenues la nouvelle norme du moment.