Les habitudes familiales changent avec le passage au télé-enseignement en Finlande

Les familles finlandaises comme du monde entier sont aujourd’hui confrontées à des défis nouveaux : bien des parents travaillent désormais chez eux tandis que de nombreux enfants se sont mis à suivre leurs cours en ligne. Chacun doit dès lors se trouver son espace personnel, de préférence une pièce où il peut se retrouver seul, afin d’y adopter de nouvelles habitudes quotidiennes de travail devenues la nouvelle norme du moment.

Lire article

Pour ralentir la propagation du virus COVID-19, le gouvernement finlandais a décidé que les écoles et universités du pays devraient fermer leurs portes à la mi-mars 2020. Cependant, l’année académique n’était pas terminée à cette date.

En quelques jours, les enseignants finlandais ont réussi l’incroyable mission consistant à transférer leurs cours en ligne. Alors que cet article était en cours de rédaction, soit début avril, cette situation était prévue pour se poursuivre jusqu’à la mi-mai au moins*. L’école reste donc dans les circonstances actuelles un aspect important du quotidien des jeunes Finlandais.

Isabel, 10 ans, élève de troisième année, continue de suivre son planning scolaire habituel : comme précédemment, l’école commence pour elle à 9 heures précises et se termine à 13 heures. Son professeur s’en tient au planning arrêté à la dernière rentrée tout en téléchargeant quotidiennement ses instructions sur une application dédiée appelée Qridi, à laquelle Isabel accède sur son smartphone. Elle prend connaissance des consignes qui l’y attendent et se met au travail.

C’est par la géographie que commence sa journée : « Lisez les pages 118 à 121 sur le Danemark et répondez aux questions posées dans votre manuel. Prenez une photo de vos réponses et téléchargez-la dans votre journal. »

Une salle de classe virtuelle

Entre leur smartphone, leur ordinateur portable et leurs manuels scolaires papier, les élèves sont en mesure de communiquer avec leurs professeurs et de suivre leurs cours.
Photo : Catarina Stewen

À 9 h 30, il est l’heure pour elle de rejoindre la réunion en ligne de la journée sur Google Meet. Isabel se connecte sur la plateforme Google Classroom grâce à une tablette mise à sa disposition par son école. Dès l’allumage de l’écran, elle voit apparaître les visages de tous ses camarades de classe.

L’enseignant leur demande alors de couper leur micro et d’écouter ses instructions. Un emoji « pouce vers le haut » tient lieu et place de l’habituelle main que lève l’élève quand il veut poser une question, tandis que les écoliers doivent attendre leur tour pour poser leur éventuelle question à leur professeur, exactement comme ils le feraient dans une situation de classe conventionnelle.

En Finlande, les enseignants savent parfaitement qu’en l’absence d’une récréation leur permettant de se dépenser et de bouger, les enfants seraient incapables de se concentrer sur leurs devoirs. C’est pourquoi une récré en plein air d’un quart d’heure est généralement prévue à intervalles réguliers au fil de la journée ; de nombreux experts estiment d’ailleurs que ces parenthèses de détente jouent un rôle dans les succès auxquels est abonné le système éducatif finlandais.

Aujourd’hui, le professeur d’Isabel a joint à ses instructions quotidiennes un lien vers une vidéo de séquence dansée que les élèves sont invités à visionner chacun de son côté. La chanson que découvrent alors les jeunes leur permet non seulement de bouger en rythme et de passer un bon moment de détente, mais aussi de pratiquer leur vocabulaire anglais tout en se faisant une idée de la notion de modèle mathématique.

Suivre les cours à distance

A young man sitting on a beanbag chair, writing on a tablet.

Il y a fort à parier qu’il serait difficile d’être aussi confortablement assis dans n’importe quel amphithéâtre d’université où que ce soit dans le monde. 
Photo : Catarina Stewen

Pendant ce temps, Joakim, le frère aîné d’Isabel, se connecte sur le canal en ligne de son établissement universitaire pour assister à une conférence sur le développement de logiciels. Implantée à Turku en Finlande du Sud-Ouest, l’Université Åbo Akademi où il est inscrit a de toute façon régulièrement recours à des conférences en ligne tout au long de l’année : le changement n’est donc pas si important pour le jeune homme.

« Les cours de langue n’étaient pas virtuels jusqu’à présent », dit-il. « Notre enseignant utilise Zoom pour nous répartir en petits groupes pour les discussions, puis il passe dans chaque groupe pour suivre les échanges qui ont lieu entre nous : c’est une organisation qui fonctionne très bien. »

Des enseignants technophiles

Dans cette vidéo, un bref intermède de détente donne aux enfants l’occasion de se lever et de bouger. Les enseignants finlandais savent parfaitement que les jeunes ont besoin d’une récré et de prendre de l’exercice, même dans le cadre du télé-enseignement. Cette séquence dansée produite aux États-Unis et dotée de vertus éducatives en anglais et en maths a été recommandée par un enseignant à son établissement scolaire pour servir de parenthèse au milieu d’une matinée d’étude.Vidéo : GoNoodle

Transférer les cours dans un environnement en ligne quasiment du jour au lendemain n’a pas été chose aisée. Les enseignants ont travaillé sans relâche pour se familiariser avec les outils numériques, apprendre de nouvelles fonctionnalités et les configurer.

« Heureusement, la technologie était déjà largement utilisée dans l’enseignement ordinaire, ce qui signifie que de nombreux programmes et plateformes étaient familiers aux élèves comme aux enseignants », nous explique un professeur du secondaire supérieur en poste à Joensuu, une ville de Finlande de l’Est.

« Il existe également de nombreux exercices scolaires ludiques auxquels on a accès en ligne gratuitement », indique Anders Johansson, qui enseigne les mathématiques et les sciences à l’École de Källhagen à Lohja, une ville située à environ 50 kilomètres à l’ouest d’Helsinki.

De nombreuses écoles bénéficient d’un service de support informatique, tandis que leurs enseignants ont pris l’habitude de comparer leurs notes et de partager leurs expériences sur la plateforme mise à leur disposition. Quant aux élèves plus jeunes, les écoles ont demandé à leurs parents de leur donner éventuellement un coup de main afin de faciliter leur apprentissage de l’outil informatique en général. Les enseignants utilisent diverses applications et outils pour l’enseignement en ligne, notamment Qridi, Classroom, Meet, Duo (deux applications respectivement de visioconférence et d’appels vidéo de Google), Microsoft Teams, Zoom et WhatsApp.

La question de l’accès à Internet

Les leçons de flûte ou de tout autre instrument ont lieu désormais en ligne : il suffit pour cela de caler son téléphone sur le pupitre à musique.
Photo : Catarina Stewen

Selon l’Institut national finlandais des études statistiques, la plupart des foyers finlandais ont accès à Internet et presque tous les enfants d’âge scolaire possèdent un téléphone portable.

Les élèves plus jeunes qui n’auraient pas encore leur smartphone personnel ont la possibilité d’en emprunter un ou de recevoir les instructions de leur enseignant sur le téléphone de leurs parents.

Les élèves ont cependant toujours besoin de papier et de crayons : les manuels scolaires qui leur ont été distribués en début d’année sont utilisés pour les travaux scolaires quotidiens, même si les instructions correspondantes arrivent par téléphone ou sont disponibles en ligne.

Il existe toutefois des familles n’ayant pas accès à Internet, ou encore s’exprimant chez elles dans une langue différente des deux langues officielles de la Finlande que sont le finnois et le suédois : ceci peut compliquer l’accès aux applications mises en place par l’institution scolaire. « Dans certains cas, il nous est arrivé d’inviter telle ou telle famille à l’école pour qu’elle puisse y recevoir une formation pratique », précise Johanna Järvinen, directrice de l’École d’Ilpoisten basée à Turku.

Les écoles sont en mesure de prêter des tablettes ou des ordinateurs portables en principe réservés au travail en salle de classe aux élèves qui en auraient besoin dans le cadre du télé-enseignement. Par ailleurs, la Direction générale finlandaise de l’Enseignement a passé un accord avec un ensemble d’acteurs économiques afin de récupérer des ordinateurs portables usagés et d’en faire bénéficier les élèves ne possédant pas d’ordinateur.

Une charge de travail supplémentaire

Dans une salle d’école vide d’Helsinki, Elina Heinonen, professeure de classe de quatrième finlandaise, enseigne à ses élèves à distance. 
Photo : Vesa Moilanen/Lehtikuva

Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, les horaires de travail habituels ne suffisent pas aux enseignants.

« Planifier, donner des instructions et évaluer le travail de chaque élève prend beaucoup plus de temps dans l’univers virtuel que dans le cadre scolaire ordinaire », nous explique Maria Kotilainen de l’École de Kyrkoby, un établissement situé à Vantaa, dans la proche banlieue nord d’Helsinki.

« Les enseignants ont dû assimiler beaucoup d’éléments nouveaux en très peu de temps », observe pour sa part Marica Strömberg, qui travaille à l’École de Solbrinken à Lohja. Dans cette école comme ailleurs, les professeurs se disent par ailleurs préoccupés par la situation d’un certain nombre d’élèves qui, même dans des conditions normales, ont besoin d’un soutien pédagogique supplémentaire.

La volonté d’assurer la pérennité de l’enseignement

À la séance du Parlement finlandais du 2 avril 2020, la ministre de l’Éducation Li Andersson (2ème à partir de la dr.) répond à une question portant sur le télé-enseignement. On voit par ailleurs sur cette photo la ministre des Finances Katri Kulmuni (à g.), la ministre de la Justice Anna-Maja Henriksson et la ministre de l’Emploi Tuula Haatainen (à dr.).
Photo : Markku Ulander/Lehtikuva

Les cours actuellement dispensés par les écoles finlandaises continuent de suivre le programme éducatif national, même si le gouvernement a conseillé aux enseignants de se montrer moins exigeants avec leurs élèves du point de vue de leurs résultats au cours de cette période inhabituelle. En particulier dans les circonstances actuelles, les enseignants et les parents d’élèves ne sont pas supposés imposer aux enfants un objectif de perfection.

La ministre de l’Éducation Li Andersson a précisé à une conférence de presse début avril que les enseignants restaient chargés de s’assurer que les enfants témoignent effectivement d’une réelle participation pendant leurs heures de cours, exactement comme s’il s’agissait d’une classe normale. À l’heure où nous écrivions ces lignes, le gouvernement finlandais était encore en train d’élaborer des directives plus spécifiques ; Andersson a cependant déclaré qu’il était demandé aux enseignants de maintenir en règle générale tous canaux de communication utiles tant avec les élèves qu’avec leurs familles.

La garantie d’un enseignement de qualité pour tous les écoliers qui prévaut en Finlande reste ainsi d’actualité. Que ce soit en ligne ou dans les conditions de la vie réelle, la fréquentation scolaire a un rôle important à jouer dans le quotidien des élèves de par le sentiment de sécurité que leur assure le maintien d’habitudes régulières.

« L’objectif que nous nous fixons reste inchangé : il consiste comme d’habitude à suivre le travail scolaire des enfants et à faire en sorte qu’ils continuent à apprendre », assure Ann-Britt Sandbacka, enseignante à l’École primaire de Kyrkoby.

Par Catarina Stewen, avril 2020

*N.B. : les enfants inscrits en première, deuxième et troisième année de scolarité finlandaise obligatoire, c’est-à-dire dont l’âge est compris entre 7 et 10 ans, sont autorisés à continuer à fréquenter physiquement l’école si leurs parents se trouvent dans l’impossibilité de s’organiser autrement, même si le gouvernement finlandais invite instamment tous les élèves, y compris ceux qui relèvent de cette dernière catégorie, à rester chez eux dans toute la mesure du possible. 

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

En savoir plus

La Finlande se maintient parmi les pays en tête de l’étude PISA sur l’éducation

Depuis le lancement du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) en 2000, les élèves finlandais âgés de 15 ans ont régulièrement affiché de bons résultats. Les résultats de la dernière étude en date publiée en décembre 2019 indiquent que la Finlande se montre à la hauteur de sa réputation, mettant par ailleurs en évidence l’existence d’un bon équilibre entre performances scolaires et vie des jeunes à l’extérieur de leur école.

En savoir plus
A hiker takes in a sunlit view of lake and forest in Repovesi National Park, southern Finland.

Un rapport sur le Bonheur qui distingue la Finlande et les autres pays nordiques en insistant sur l’importance d’une société solidaire

Publié tous les ans, le World Happiness Report vise à mesurer le degré de bonheur des individus dans plus de 150 pays différents. Les pays nordiques ont décroché de façon répétée de bonnes places à ce classement, tandis que la Finlande s’impose comme le pays le plus heureux au monde pour la troisième fois consécutive à l’édition 2020 du rapport.

Liens