Le metal finlandais : un succès mondial

D’où vient le succès mondial du metal finlandais ? Il tient à la complexité et au contenu émotionnel de cette musique.

Lire article

Pourquoi les groupes de metal finlandais ont-ils autant de succès dans le monde entier ? L’explication tient à la complexité et au contenu émotionnel très dense de leur musique.

Si vous vous rappelez encore 2006, c’est cette année-là que la Finlande décrocha sa première victoire à l’Eurovision grâce à Lordi, un groupe de cinq musiciens déguisés en monstres qui s’emparèrent de la scène comme une tornade avant de remporter le concours, pourtant réputé faire la part belle à des musiques pop anodines de type chansons à l’eau de rose.

La Finlande a la réputation de bien exporter son heavy metal en dehors du contexte de l’Eurovision : des groupes comme Nightwish, HIM, Insomnium, Children of Bodom, Amorphis et bien d’autres artistes finlandais sont absolument adulés par la communauté mondiale des inconditionnels du metal. Ainsi, Nightwish a vendu plus de 8 millions d’albums dans le monde, ce qui représente une performance titanesque pour un groupe relevant d’un genre musical peinant en général énormément à retenir l’attention des médias dominants.

Ce phénomène dure depuis des années, ce qui amène encore et toujours à poser la question suivante : mais comment se fait-il que les groupes de metal finlandais jouissent d’une aussi grande popularité à l’étranger ?

Une musique qui s’affirme par sa complexité

Le point le plus chaud du globe pour le heavy metal : on voit sur cette carte du monde la Finlande en rouge vif, signe que ce genre musical y est triomphant avec 53,2 groupes de metal pour 100.000 habitants.

Le point le plus chaud du globe pour le heavy metal : on voit sur cette carte du monde la Finlande en rouge vif, signe que ce genre musical y est triomphant avec 53,2 groupes de metal pour 100.000 habitants.Illustration sous licence CC-BY-SA

Par définition, les fans de heavy metal raffolent d’un type de musique en marge des grands courants musicaux, d’où leur goût marqué pour des formes d’expression musicales sortant vigoureusement du rang de la pop music formatée : peut-être faut-il voir là l’une des raisons de l’adoration dont est entouré le metal finlandais à l’extérieur de son pays d’origine.

Le metal finlandais se démarque par l’incroyable complexité de la structure de ses compositions. Entre les solos de guitare d’une maestria fascinante de Children of Bodom, le choix délibéré d’Apocalyptica de remplacer les guitares par des violoncelles et l’énergie que met Nightwish à interpréter des contes fantastiques en chansons, la scène heavy metal finlandaise affiche des qualités qui lui font une place à part au sein de ce genre musical spécifique, tous pays confondus.

David Creamer, un passionné de metal de 19 ans natif de Manchester en Angleterre, met son amour du metal finlandais précisément sur le compte de la construction complexe des chansons : « Quand je parle de complexité musicale au sujet des musiciens de metal finlandais, je ne pense pas tant que ça aux aspects techniques de l’écriture de leurs chansons, même s’il y a beaucoup de groupes finlandais, par exemple Wintersun, qui font vraiment du très bon travail dans ce domaine », nous dit-il, ajoutant : « C’est encore plus que ça, car il y a une diversité de styles incroyable dans tout le metal qui se joue en Finlande. La complexité de la musique se traduit par le fait que les groupes semblent avoir une capacité presque illimitée à répondre aux attentes de leurs fans en leur proposant du metal dans des tas de registres différents. »

C’est cette large palette expressive au niveau de l’écriture ainsi que la complexité de la démarche musicale qui expliquent que le metal finlandais ait su se faire apprécier de tant de fans du monde entier.

Une grande capacité à faire passer les émotions

Quelque chose dans cette photo fait penser que les membres du groupe Insomnium pourraient bien en effet manquer un peu de sommeil !

Quelque chose dans cette photo fait penser que les membres du groupe Insomnium pourraient bien en effet manquer un peu de sommeil !Photo: Axel Jusseit

Alors que le public apprécie la sophistication de l’approche créative et l’expertise technique des musiciens, l’autre caractéristique majeure des groupes de metal finlandais est leur ardente volonté d’exprimer une multitude d’émotions dans leurs chansons. Les très beaux solos à deux guitares et des paroles qui remuent l’auditeur jusqu’au fond de l’âme qui caractérisent la musique d’Insomnium parviennent parfois à transporter d’émotion des salles entières ; de son côté, Children of Bodom sait comment canaliser l’agressivité rentrée de ses fans, tandis qu’il arrive que le groupe Korpiklaani provoque l’hilarité du public avec son style particulier à base de fusion jubilatoire entre metal et musiques folk.

Nightwish a depuis longtemps la réputation de décliner en musique des histoires fantastiques en y ajoutant encore une touche d’émotion supplémentaire à travers une théâtralisation de ses prestations scéniques, le tout sur fond de claviers, de double grosse caisse, de guitares sursaturées et de passages chantés dans les règles de l’art lyrique le plus classique.

Au dos de la pochette du huitième album studio du groupe, qui lui a d’ailleurs valu une belle salve d’éloges de la part de la critique musicale mondiale, la soliste principale de Nightwish Floor Jansen explique pourquoi la musique du groupe est révélatrice de la popularité du metal finlandais : elle souligne avant tout l’importance des émotions que soulève cette musique et le type de thèmes qu’elle aborde, citant d’ailleurs au passage une thématique assez inattendue chez Nightwish, celle du rapport à la nature.

« Cette musique stimule l’imagination, et cet album essaie non seulement de faire appel à l’imagination de l’auditeur, mais aussi d’exprimer la magie du réel », note la chanteuse. « Par exemple, on y trouve un morceau avec des paroles décrivant le retour des oiseaux migrateurs au printemps et la palpitation de la vie qui se réveille au lendemain de l’hiver : c’est une façon de dire que la nature est pleine de petits miracles, c’est cela qui fait la particularité de cet album. »

Un phénomène unique en son genre

Les groupes de metal finlandais n’ont pas peur de mélanger des influences musicales très éloignées les unes des autres. On voit ici le violoniste Pekka Kuusisto et le joueur de cornemuse irlandaise Troy Donockley en pleine jam session avec le groupe Nightwish.

Les groupes de metal finlandais n’ont pas peur de mélanger des influences musicales très éloignées les unes des autres. On voit ici le violoniste Pekka Kuusisto et le joueur de cornemuse irlandaise Troy Donockley en pleine jam session avec le groupe Nightwish.Photo: Timo Isoaho

Une carte des « points chauds » du globe publiée en 2012 révèle que c’est la Finlande qui occupe la première place mondiale en termes de groupes de metal par habitant, avec 53,2 groupes pour 100.000 Finlandais.

Après l’enthousiasme qu’il a commencé par soulever en Finlande, il n’est pas bien étonnant que le metal local ait ensuite largement dépassé les frontières du pays, réussissant à trouver son public tout aussi bien à l’international, d’autant qu’Internet et les réseaux sociaux ont favorisé la diffusion et l’enracinement du metal « made in Finland » auprès des fans de cette musique aux quatre coins du monde : ainsi, des médias comme Spotify ou YouTube ont permis à des auditeurs de tous pays d’avoir accès à un grand nombre de talents finlandais.

Forte de ses musiciens qui s’exportent bien et qu’on retrouve tous les étés dans les festivals de musique internationaux, la Finlande affirme sa domination sur la scène globale du heavy metal, un phénomène qui ne donne décidément aucun signe d’essoufflement.

 

Par James Weaver, juin 2015

Voir aussi sur voicilaFINLANDE