Comprendre les rouages de la technologie

Risto Siilasmaa est un investisseur providentiel reconnu, qui a investi dans plusieurs startups technologiques et qui siège à leurs Conseils d’administration.

Lire article

Risto Siilasmaa est président du Conseil d’administration de Nokia Corporation et entrepreneur dans l’âme. En plus d’avoir dirigé la récente transformation de Nokia, il est le fondateur et président du Conseil d’administration de la société F-Secure.

J’ai été fasciné par l’intelligence artificielle à la fin des années 80 et j’ai passé de nombreuses heures à travailler sur les défis du traitement du langage naturel en utilisant un langage de programmation à la fois étrange et étonnant appelé Lisp. L’effort fourni n’a pas vraiment abouti à grand-chose, néanmoins je pourrai toujours me targuer d’avoir travaillé dans le domaine privilégié de l’IA.

En 2006, la société de cybersécurité que j’ai fondée en 1988 a commencé à utiliser des réseaux neuronaux pour identifier les applications malveillantes. Bien que le système F-Secure n’ait pas immédiatement connu beaucoup de succès, comme c’est le cas la plupart du temps quand vous proposez une nouvelle technologie trop tôt, il s’agissait de ma deuxième expérience avec l’IA et de ma première avec l’apprentissage automatique.

La troisième fois a été la bonne. La renaissance actuelle dans le domaine de l’apprentissage automatique a connu son essor vers 2012, et je n’ai cessé de nourrir ma fascination pour ces machines intelligentes prometteuses à travers des livres et des rencontres avec des chercheurs sur le sujet. En tant que président de Nokia, j’ai eu la chance de pouvoir me glisser dans les agendas des personnes influentes du monde de l’IA. Ma compréhension se limitait à quelques aspects de ces sujets, et ceux-ci me paraissaient si difficiles au début que je pensais qu’il allait me falloir des siècles pour les maîtriser réellement. Mais je me suis senti également frustré avec mes partenaires, car certains semblaient plus désireux de se vanter de leur compréhension avancée du sujet que d’expliquer ce qu’ils savaient dans un langage clair et compréhensible.

J’ai donc passé quelque temps à me plaindre. Où pouvais-je bien trouver des documents m’expliquant ce qu’est l’apprentissage automatique en des termes compréhensibles par toute personne attachée à comprendre comment les choses fonctionnent ?

C’est alors que je me suis souvenu de ce que signifiait le fait d’être entrepreneur. La personne dotée d’un esprit d’entreprise ne se contente pas de se plaindre aux autres, elle cherche toujours à trouver des solutions par elle-même. En tant que PDG et président depuis de nombreuses années, je suis habitué à ce que les choses me soient expliquées. Une autre personne fait le gros du travail et je peux me focaliser sur la formulation des bonnes questions.

Parfois, les PDG et les présidents peuvent avoir l’impression que comprendre la technologie ne relève pas en quelque sorte de leur responsabilité, que se concentrer sur des choses comme la « création de la valeur boursière » suffit. Ils peuvent également avoir l’impression qu’ils ne peuvent apprendre quelque chose qui semble compliqué, et ils n’envisagent donc pas d’essayer. Aucune de ces deux attitudes ne correspond à l’esprit d’entreprise.

Alors je me suis dit : Pourquoi ne pas étudier l’apprentissage automatique moi-même pour ensuite expliquer ce que j’ai appris à ceux qui se posent les mêmes questions que moi ? J’ai fait une recherche rapide sur internet et je suis tombé sur les cours d’Andrew Ng sur Coursera. J’ai commencé par l’apprentissage automatique et j’ai eu beaucoup de plaisir à renouer avec la programmation. Andrew s’est avéré être un excellent professeur qui veut véritablement que les gens apprennent.

À vrai dire, il n’a pas fallu longtemps pour que j’évalue à la fois les lacunes et les points forts de l’état actuel de l’apprentissage automatique. L’apprentissage automatique s’est révélé être bien moins compliqué que ce à quoi je m’attendais, mais en même temps, dans de nombreux cas, bien plus performant et beaucoup plus fascinant que je n’avais osé l’espérer.

Au fil du temps, j’ai acquis suffisamment de connaissances pour expliquer aux PDG, aux hommes politiques, aux universitaires (dans d’autres domaines) et, en toute franchise, à tous les décideurs, ce qui me semblait être les aspects les plus importants de l’apprentissage automatique. Inspiré par Andrew Ng, j’ai voulu leur donner un aperçu par exemple des raisons pour lesquelles l’apprentissage automatique est autant d’actualité, et pourquoi il est dangereux de ne pas en tenir compte.

 

Le saviez-vous

  •  L’apprentissage automatique n’est pas programmé : il est enseigné a l’aide de données.
    La valeur que vous en tirez est fonction de la qualité des données que vous lui transmettez.
  • Parce que l’intelligence n’est en réalité que des chiffres et que les architectures sont relativement simples, ce n’est même pas vraiment de l’intelligence. Les systèmes d’apprentissage automatique n’ont pas vraiment de faculté de compréhension. Pour l’instant.
  • L’apprentissage automatique est un système à sens unique. Vous pouvez demander à un réseau neuronal de reconnaître des visages, mais vous ne pouvez pas lui demander de décrire les visages qu’il a visualisés.
  • Si vous enseignez deux compétences à un système d’apprentissage automatique, il ne pourra pas les associer pour créer une troisième compétence.
    Il n’y a pas d’autonomie dans les systèmes..
  •  Nous avons à peine commencé à explorer l’application de l’apprentissage automatique.
    La révolution est en cours, mais elle commence à peine à prendre de la vitesse.

Par Risto Siilasmaa, Voici la FINLANDE Magazine 2019

Voir aussi sur voicilaFINLANDE