Les présidents se rencontrent à Helsinki : retour en arrière

Tous les yeux sont fixés sur Helsinki à l’approche de la rencontre qui s’y tiendra le 16 juillet 2018 entre les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine. Ce n’est toutefois pas la première fois que des leaders mondiaux choisissent de se rencontrer dans la capitale finlandaise, comme le montre notre diaporama.

Lire article

Dès que les rumeurs d’une rencontre à venir entre le président des Etats-Unis et son homologue russe ont commencé à circuler, Helsinki a figuré en tête des pronostics comme ville hôte de cet événement international.

La capitale finlandaise compte une importante expérience en matière d’accueil des leaders de l’Ouest et de l’Est sur ses sites de réunion et dans ses résidences présidentielles. La première de ces réunions fut la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), en 1975, qui vit le président américain Gerald Ford, le leader soviétique Léonid Brejnev et les chefs d’Etat des deux Allemagnes – Allemagne de l’Est et de l’Ouest – se rencontrer sous le même toit au Palais Finlandia. Cette conférence déboucha sur l’Acte final d’Helsinki et une coopération renforcée entre pays occidentaux et pays d’Europe de l’Est.

15 ans plus tard, la Guerre du Golfe amena le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain George H. W. Bush à se réunir en Finlande en septembre 1990 : « Le président Gorbatchev et moi nous rencontrons ici à Helsinki pour, je l’espère, renforcer notre approche commune face à cet acte d’agression injustifiable », tels sont les mots par lesquels le président Bush commenta sa présence en Finlande dans une déclaration qu’il fit au New York Times à sa descente d’avion à Helsinki en 1990.

Par la suite, le président des Etats-Unis Bill Clinton et le président de la Fédération de Russie Boris Eltsine s’assirent autour de la table des négociations à Mäntyniemi, l’une des résidences officielles dont dispose le président de la République finlandais. A l’époque, la pomme de discorde politique portait sur l’élargissement de l’OTAN à la Pologne, à la Hongrie et à la République tchèque. « Nous sommes d’accord pour nous dire en désaccord » est la conclusion dont firent état les deux responsables à l’issue de leur réunion.

Notre diaporama revient sur quelques moments particuliers des rencontres présidentielles ayant eu lieu à Helsinki.

Par Laura Suihkonen, juillet 2018

Liens