80 ans à faciliter la venue au monde des enfants finlandais

L’histoire du kit maternité finlandais à destination de toutes les futures mamans du pays remonte à 1938. Nous nous sommes intéressés à cette innovation sociale finlandaise qui change la vie de ses bénéficiaires en allant voir de plus près les nouveautés présentes dans la version spéciale sortie pour le 80ème anniversaire du kit.

Lire article

Tous les printemps, une forme d’excitation fébrile est perceptible dans l’air à l’approche de la divulgation du tout nouveau kit maternité de l’année par l’organisme national finlandais d’assurances sociales, communément appelé par son abréviation finnoise Kela.

Le public a hâte que soit annoncée la mise sur le marché de nouveaux articles, coloris et motifs : il est vrai que le kit maternité finlandais concourt à déterminer ce que porteront des dizaines de milliers de bébés de par tout le pays.

Luca et Eetu, deux petits garçons de cinq mois environ à l’heure où ces lignes étaient écrites, ont été amenés par leurs parents à une conférence de presse pour qu’ils y présentent quelques-unes des nouvelles tenues de cette année. Ils sont restés imperturbables face à l’attention générale dont ils étaient l’objet.

Un intérêt à la fois matériel, médical et éducatif

Cette vidéo sous-titrée en anglais montre le déballage du contenu du kit maternité finlandais 2017 avec les différents articles offerts cette année-là pour la naissance de Bébé. La composition du colis est renouvelée tous les ans en fonction des commentaires faits a posteriori par les parents et de l’évolution des tendances vestimentaires et esthétiques. .
Vidéo : Organisme national finlandais d’assurances sociales (Kela)

Le kit maternité ne se résume cependant pas à des considérations de mode. En Finlande, chaque maman ayant eu il y a peu un enfant est attitrée à recevoir ce colis rempli d’habits pour bébé, de produits hygiéniques et d’accessoires, l’idée étant que tout enfant ait droit à un bon départ dans la vie et que ses parents reçoivent par la même occasion un coup de pouce qui les introduira dans leur tout nouveau rôle. L’origine de ce dispositif se situe en 1938, année où le gouvernement finlandais décida de créer une prime de maternité attribuée sous forme monétaire afin de faire face à l’inquiétude que soulevaient alors la mortalité infantile et le déclin des naissances.

A l’époque, comme c’est toujours le cas aujourd’hui, les femmes enceintes étaient tenues de se rendre à la consultation prénatale du dispensaire public dont elles dépendaient afin d’être éligibles à cette mesure d’incitation à la natalité, étant entendu que l’intérêt aussi bien médical qu’éducatif de ces visites au dispensaire a toujours été intimement associé au kit maternité. Il en découle que la Finlande affiche l’un des taux de mortalité infantile comme maternelle les plus bas du monde.

Aujourd’hui, on a le choix entre recevoir le kit maternité ou une prime en espèces d’un montant de 140 euros. Tous les ans, 60.000 familles environ prennent possession de leur kit ou perçoivent la prime de naissance, 99% des mamans venant d’avoir leur premier enfant optant cependant pour le colis, tandis que près d’un tiers des mamans accouchant d’autres bébés après le premier préfèrent toucher la somme en espèces qui leur est

Une idée très utile

Le jeune Luca porte ici la combinaison enveloppante de l’année décorée de motifs fantaisie où des chats orange, des écureuils bleus, des moutons blancs et des élans verts planent au milieu de gros nuages ouatés ; la tenue de ce superbe enfant se complète d’un pantalon bébé sans pied turquoise. Photo: Pauliina Pennanen

L’organisme Kela modifie et actualise le kit maternité tous les ans en fonction des retours qui lui parviennent des parents ainsi que des tendances du moment. Pour la version 2018, les nouveautés comprennent deux paires de pantalons longs en laine ainsi qu’une paire de bottines en feutre bleu et blanc, ces dernières arborant par ailleurs le chiffre 80 destiné à signaler le 80ème anniversaire de ce kit devenu à présent une institution.

Parmi les articles standard du colis, on trouve une combinaison d’hiver adaptée à la neige, des moufles, des bonnets et autres sortes de chapeaux ainsi qu’un drap spécial se transformant en un tour de main en sac de couchage grâce à une fermeture à glissière. La présence au milieu des articles du kit d’une sélection de vêtements et équipements d’hiver révèle que les Finlandais prennent l’habitude de passer du temps en plein air et à la fraîche dès leur plus jeune âge quelle que soit la température extérieure.

Les coloris et motifs des textiles voire les illustrations qui ornent le colis varient d’année en année, tout en étant conçus pour s’adapter indifféremment aux filles et aux garçons. Par ailleurs, toutes les familles reçoivent le même assortiment. Le sac de couchage 2018 fait apparaître un mouton sur fond gris-bleu au dessin librement inspiré du pointillisme, tandis que le modèle 2017 du même article présentait des hiboux bleus, roses et jaunes sur fond gris ; quant à la version 2016 du sac, le motif retenu mettait en scène des ours, des baies forestières et des conifères, le tout dans des tons verts et bleus.

Outre un vaste choix de tenues, d’ailleurs pas uniquement adaptées à l’hiver, le kit maternité comprend divers articles utiles comme des ciseaux à ongles, la première brosse à dents de Bébé, une brosse à cheveux et un thermomètre de bain. Un matelas en mousse tapisse par ailleurs le fond de la boîte en carton, si bien que celle-ci peut même servir de petit lit où le nouveau-né pourra dormir dans de parfaites conditions de sécurité et de propreté.

Avec les années, l’accent a été mis toujours plus sur les qualités écologiques et la durabilité des articles du kit, grâce d’ailleurs en grande partie aux commentaires des consommateurs : c’est ainsi, par exemple, que l’organisme Kela a retiré définitivement en 2009 les couches jetables de l’assortiment proposé aux mamans. Il faut savoir en effet à ce sujet que ce type de couches met des centaines d’années à se décomposer et qu’il contient des substances chimiques dommageables à l’environnement.

L’occasion de booster ses connaissances

Faire le modèle n’est pas de tout repos : Eetu a fini par s’endormir dans les bras de sa mère avant d’avoir pu faire la démonstration publique de l’amplitude des mouvements que permet la salopette en « jean » pur coton comprise dans le tout nouveau kit maternité finlandais. Photo: Pauliina Pennanen

Kela reçoit fréquemment des demandes de renseignements de la part de différents autres pays qui envisagent d’adopter un programme plus ou moins du même type. En ce moment, l’Ecosse, l’Argentine et l’état américain du New Jersey testent des kits maternité dont ils ont composé le contenu selon les besoins qui leur étaient propres. L’Organisme d’assurances sociales finlandais apporte toutes informations générales sur le programme qu’il applique en Finlande, sans toutefois émettre de recommandations précises quant au contenu des colis : il est bien évident que le climat local ainsi que toute une série de facteurs culturels ne sauraient manquer de jouer sur les choix qu’auront à faire les organismes nationaux concernés quant aux articles devant figurer dans le kit.

Les administrations étrangères souhaitant adopter des kits maternité affichent des priorités identiques à celles qui caractérisent le programme finlandais, l’idée directrice de celui-ci étant d’assurer à tous les enfants le même départ dans la vie : c’est dire que le kit est composé en tenant finement compte des besoins spécifiques des bébés.

Même si les futurs parents reçoivent de l’Etat un avantage matériel, le fait pour eux d’être en relation avant l’accouchement avec des professionnels de santé et autres experts en puériculture booste de façon significative leurs connaissances dans ces domaines alors qu’ils se trouvent à un point de leur vie où ils doivent emmagasiner bon nombre d’informations. En examinant de plus près l’idée du kit maternité dans son ensemble, il s’avère que cette institution profite à la société tout entière.

Par Pauliina Pennanen et la rédaction de VoicilaFINLANDE, mars 2018

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

Liens