Le glögi, un bon remède contre le froid

Nous avons visité le manoir de Hvitträsk, près d’Helsinki, et en avons ramené une recette exclusive de glögi (vin chaud).

Lire article

A l’approche des fêtes de fin d’année, nous avons cherché à savoir dans quels endroits se servaient les meilleurs glögi (vin chaud aux épices traditionnel) de Finlande. Pour cela, nous nous sommes rendus au manoir de Hvitträsk, situé au bord d’un lac à Kirkkonummi dans la périphérie de la capitale finlandaise, autrefois la demeure de l’architecte Eliel Saarinen.

Le manoir de Hvitträsk se trouve à une demi-heure de route d’Helsinki en direction de l’ouest : il s’agit d’une noble et belle demeure dont la solide silhouette se dresse au sommet d’une colline boisée. Des marches impressionnantes descendent de la propriété vers le lac voisin, sur les berges duquel l’observateur attentif pourra observer des traces d’art préhistorique encore visibles sur des rochers. Cette promenade du bord du lac était particulièrement appréciée des figures de la bohème chic d’il y a une centaine d’années, notamment du compositeur Jean Sibelius qui avait l’habitude de faire des séjours au domaine en compagnie d’autres artistes majeurs de cette époque.

Le manoir fut construit d’après les plans d’Eliel Saarinen et de deux autres jeunes architectes de ses amis, eux aussi professionnellement très en vue en ce temps-là : Herman Gesellius et Armas Lindgren. L’idée des trois hommes avait été de faire de ce lieu leur demeure commune. Dans les dernières années du rattachement de la Finlande à la Russie tsariste, peu avant l’accession du pays à l’indépendance, la propriété devint connue comme le lieu de réunion privilégié de l’élite culturelle finlandaise : Hvitträsk était réputé pour la qualité de sa table mais aussi pour les soirées souvent très libres et passablement arrosées qui y avaient lieu, au point que la chronique mondaine se fit l’écho d’un scandale conjugal rare pour l’époque autour des circonstances du divorce de Saarinen.

Bien représentative du style romantique national finlandais, la solide bâtisse de 1903 sert aujourd’hui de musée ; quant à la maison d’invités du manoir, où Sibelius, Maxime Gorki et bien d’autres personnalités de premier plan de la vie artistique d’alors étaient logés, elle abrite à présent le Hvitträsk Restaurant, géré par Tiia et Ville Dillemuth. Même si les convives de cet établissement passent aujourd’hui des soirées moins débridées que ce ne fut le cas du temps de Saarinen et de ses associés, le lieu respire un indéniable esprit festif. A en croire le couple de restaurateurs, le meilleur moyen d’accueillir leurs hôtes et de les inviter à entrer dans l’esprit des fêtes de fin d’année est de leur servir un verre de glögi quasiment fumant.

Une inspiration puisée dans la forêt

2494-glogi2_b-jpg

Un manoir au charme qui parle à l’imagination : sous la neige, la magie opère doublement. Photo: Sinimaaria Kangas

Le glögi est la version finlandaise du vin chaud aux épices, appelé glögg dans le reste de la Scandinavie et Glühwein dans les pays ou régions de tradition germanique. Les Dillemuth ont eu l’idée de créer une recette de vin chaud typiquement de Hvitträsk en ajoutant au breuvage en particulier des myrtilles.

« Nous avons puisé notre inspiration dans les superbes forêts riches en myrtilles qui entourent la propriété. Nous nous sommes aussi souvenus qu’Eliel Saarinen raffolait tellement de la tarte aux myrtilles qu’il s’en faisait servir même à Noël », nous explique Tiia. Par ailleurs, même si la célèbre boisson chaude se sert traditionnellement en Finlande accompagnée de biscuits au pain d’épices, les Dillemuth ont mis au point une recette de biscuits à base d’avoine et aux myrtilles, une gourmandise fort bien assortie à leur vin chaud.

Les amateurs trouveront de grandes bouteilles de leur glögi spécial aux épices au marché traditionnel de Noël de Hvitträsk. Ce marché à la popularité qui ne faiblit pas depuis des dizaines d’années propose aussi un vaste choix de produits locaux faits main : « On voit même certaines grand-mères qui reviennent tous les ans depuis 1975 pour vendre leurs pulls, écharpes ou gants en laine tricotés main », observe Tiia avec un sourire espiègle.

Vin blanc, pamplemousse ou baies

2494-glogi3_b-jpg

Depuis quelques années, le glögi au vin blanc connaît un succès croissant. Photo: Sinimaaria Kangas

De nombreux finlandais se contentent d’acheter leur glögi prêt à l’emploi en allant faire leurs courses au supermarché ou dans un magasin d’Etat Alko spécialisé en vins et spiritueux ; il leur suffit alors de réchauffer le breuvage en y ajoutant des raisins de Corinthe et des amandes émondées. Toutefois, la tendance pour Noël semble être aujourd’hui de plus en plus nettement à la confection de cadeaux et de cartes de vœux « maison », de même qu’à la préparation de spécialités culinaires et de boissons selon la recette personnelle de chacun.

Les blogs culinaires finlandais regorgent d’idées de glögi plus originales les unes que les autres, par exemple avec du jus de pamplemousse rosé, des cerises ou de la liqueur d’amandes. Depuis quelques années, le glögi au vin blanc connaît un succès croissant. Marianne Kiskola, auteur d’un livre de recettes, suggère d’utiliser du jus de fraises relevé de cannelle, de vanille et de gingembre, tandis que le Moomins Cookbook publié par Sami Malila propose une recette à base de jus de cassis.

Suggestions pour un glögi comme à Hvitträsk

Glögi de Hvitträsk

  • 1 litre de jus de cassis
  • 0.5 litre de jus de pommes
  • 2 bâtonnets de cannelle
  • Une demi-gousse de vanille
  • 4 clous de girofle
  • 3graines de cardamome (ou une pincée de cardamome moulue)
  • c. à café d’écorces d’oranges amères moulues
  • 2 étoiles d’anis
  • 3–5 dl de vin rouge

Laissez mijoter la préparation de 20 à 30 minutes, puis filtrer. A noter que cette recette donne environ 1,5 litre de glögi.

Coulis de myrtilles

  • 1 litrede myrtilles
  • 1 dl d’eau
  • Sucre à volonté

Laissez cuire environ 5 minutes, puis passez au mixer.

Ajoutez une cuillérée à soupe de coulis par verre de glögi, complétez par quelques myrtilles séchées et des amandes entières ou concassées.

Souvenez-vous que l’alcool s’évapore au cours de la cuisson. Si vous le souhaitez, vous pourrez obtenir un glögi plus corsé en y ajoutant 2 cl de vodka Koskenkorva à la vanille ou de liqueur aux herbes amères de type Becherovka.

Glögi Royal de Hvitträsk

Pour le décor, humectez le rebord de vos verres et parsemez finement de chapelure de pain d’épices.

  • 12 cl de Cava Castellblanch Cristal demi-sec frappé

Ajoutez 1 cuillérée à soupe par verre de glögi bien concentré (pour l’obtention d’un vin chaud concentré à souhait, suivez la recette habituelle jusqu’à évaporation de la moitié de la préparation liquide ; à défaut, servez-vous d’un glögi épais disponible dans le commerce).

Par Wif Stenger

Liens