Le Kalevala, épopée nationale finnoise

L’épopée nationale finnoise le Kalevala a inspiré des générations d’artistes tout en contribuant à forger l’identité de la nation finlandaise.

Lire article

La première édition du Kalevala parut en 1835 sous forme d’une compilation publiée par Elias Lönnrot à partir de poèmes épiques de la tradition populaire finnoise, que Lönnrot était allé collecter tant en Finlande même qu’en Carélie. Ces poèmes chantés traditionnels construits sur un tétramètre trochaïque inhabituel et très ancien, font partie depuis 2000 ans de la tradition orale des locuteurs des langues balto-finnoises.

Lorsque la première édition du Kalevala fut publiée, la Finlande était depuis un quart de siècle rattachée à l’Empire russe sous le statut de Grand-Duché. Auparavant et jusqu’en 1809, le pays était intégré au royaume de Suède.

Kullervo part pour la guerre, par Akseli Gallen-Kallela (1901).

Kullervo part pour la guerre, par Akseli Gallen-Kallela (1901).Photo : Musée Ateneum

La publicité donnée alors au Kalevala marqua un tournant important pour la culture de langue finnoise, non sans entraîner un certain mouvement d’intérêt pour la Finlande à l’étranger. Cette publication fit prendre conscience au reste de l’Europe de l’existence d’un petit peuple jusque-là inconnu, tout en renforçant la confiance en soi du peuple de Finlande et sa foi dans le potentiel de la langue finnoise et d’une culture spécifiquement finnoise. Dès lors, on se mit à parler du Kalevala comme de l’épopée nationale finnoise.

Elias Lönnrot et d’autres intellectuels poursuivirent leurs efforts afin de réunir toujours plus d’éléments de la poésie populaire finnoise, si bien qu’on vit s’accumuler rapidement un matériel textuel nouveau. A partir de là, Lönnrot publia en 1849 une deuxième version augmentée du Kalevala. Ce Nouveau Kalevala est la version dont disposent les lecteurs finlandais depuis cette époque et sur laquelle reposent la plupart des traductions de cet ouvrage.

Par Anneli Asplund et Sirkka-Liisa Mettomäki, octobre 2000

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

Liens