La Finlande en pointe de l’économie circulaire pour la prospérité de demain

L’objectif de l’économie circulaire est simple : mettre fin à la surconsommation pour pouvoir assurer notre prospérité future.

Lire article

L’idée clé de l’économie circulaire est de dissocier la prospérité croissante de la surexploitation des ressources naturelles vierges.

Nous sommes habitués à vivre dans une économie linéaire, où les produits sont fabriqués à partir de matières premières et vendus en quantités aussi importantes que possible pour finalement être jetés.
Or ce modèle ne fonctionne plus, maintenant qu’il est devenu plus clair que les ressources naturelles sur la seule planète que nous ayons, la Terre, sont limitées. La crise climatique et la perte de la biodiversité nous obligent à ne pas exploiter certaines ressources naturelles.

Incitations économiques

Un consommateur rapporte ses bouteilles consignées au supermarché : le recyclage n’est en fait que le début de tout un processus. Photo : Emilia Kangasluoma

Dans l’économie circulaire, les produits sont partagés et des services sont vendus plutôt que des biens. Les matériaux sont réutilisés plusieurs fois et les produits sont conçus pour durer longtemps. Les matériaux d’un produit unique sont recyclés lorsque celui-ci atteint la fin de sa durée de vie ou une phase intermédiaire de sa production. Une très faible quantité de déchets est produite lors de la fabrication et de l’utilisation du produit.

« Dans de nombreux débats publics, l’économie circulaire se résume au recyclage », explique Mari Pantsar, directrice de Sitra.

Sitra est une agence finlandaise tournée vers l’avenir. En tant que fonds, Sitra est en train de construire la Finlande prospère de demain et de stimuler le développement d’entreprises durables.
« Nous avons déjà effectué une transition partielle vers l’économie circulaire et, si cela fonctionne bien, le recyclage et la réutilisation des produits ne constituent qu’une première étape. »

Mari Pantsar estime que les principaux défis à relever consistent à créer des incitations économiques pour encourager l’utilisation de matériaux recyclés.

« Les produits fabriqués à partir de matériaux recyclés sont souvent plus chers ou ont des difficultés à percer sur le marché. Tout le monde devrait avoir un intérêt financier à choisir des produits fabriqués à partir de matériaux recyclés », explique Mari Pantsar.

« Les activités de l’économie circulaire n’ont rien de bien particulier : elles étaient déjà pratiquées à l’époque pré-moderne, car elles avaient un intérêt financier. Les produits étaient partagés, durables et bon nombre d’entre eux étaient même réutilisés. Sauf qu’on ne connaissait pas cette habitude sous l’appellation d’économie circulaire. Aujourd’hui, ces pratiques sont associées à des plateformes numériques qui favorisent
le partage des pratiques. »

La Finlande, pionnière à bien des égards

La directrice de Sitra, Mari Pantsar, déclare qu’il y a peu de nouveautés dans les activités de l’économie circulaire. « Ces activités étaient déjà pratiquées dans les temps pré-modernes, car elles avaient un intérêt financier. »
Photo Roope Permanto

La Finlande vise à créer le marché de l’économie circulaire le plus ambitieux au monde, qui encourage l’investissement et la création de nouvelles solutions.

La toute première feuille de route de l’économie circulaire au monde a été annoncée en Finlande en septembre 2016. Suivant l’exemple de la Finlande, neuf autres pays de l’UE ont également élaboré des plans d’action similaires depuis lors. Le premier événement à mettre en exergue les meilleures solutions de l’économie circulaire au monde, le Forum mondial de l’économie circulaire 2017, a été organisé en Finlande. Plus de 1 600 délégués, décideurs et experts du secteur privé venus de plus de 90 pays y ont participé. Cet événement a encouragé la coopération internationale en transformant l’économie mondiale. Le forum de 2018 s’est tenu au Japon.

La liste des principaux exemples d’entreprises d’économie circulaire de Sitra est un outil de sensibilisation apprécié.

« Nous espérons que le plus grand nombre possible d’entreprises examineront cette liste et chercheront à savoir si elle contient de nouvelles idées pour faire des affaires. Les entreprises font la queue pour rejoindre la liste, ce qui a suscité l’intérêt d’autres sociétés dans le monde. »
L’économie circulaire est largement enseignée dans les écoles : une génération de jeunes Finlandais a d’ailleurs déjà été formée à cette pratique.

« Nous voulons encourager les enseignants à enseigner l’économie circulaire dans toutes les classes. Notre objectif est d’amener tout le monde, quel que soit le secteur d’activité, à comprendre comment réaliser l’économie circulaire, pour mettre fin à la nécessité de toujours consulter des “experts” en économie circulaire ».

Par Samppa Haapio, Voici la FINLANDE Magazine 2019