L’inclusivité à l’honneur grâce à un puissant pronom finnois

La Finlande plaide en faveur du pronom finnois non-genré hän afin de promouvoir l’égalité dans le monde. Pour que le sujet de l’égalité se retrouve au centre de l’attention publique, le pays décerne une distinction honorifique baptisée le Hän Honour à des personnes aussi bien qu’à des organisations faisant avancer la cause de l’inclusivité.

Lire article

Hän, pronom personnel finnois signifiant indifféremment « il » ou « elle » et pouvant s’employer tout aussi bien pour désigner telle ou telle personne relevant de tout autre genre que masculin et féminin, est un mot puissant.

Faire passer un message visant à la promotion de ce mot vaut la peine, car le pronom hän s’inscrit dans un combat en faveur de l’inclusivité et de l’égalité des chances. Voilà pourquoi la Finlande s’investit avec conviction dans la promotion par-delà les frontières du hän et de la vision du monde que sous-tend ce mot (à noter que la lettre finnoise ä se prononce « ae » comme dans le nom du compositeur allemand Haendel).

La Finlande s’efforce d’être une société égalitaire où chacun et chacune est en droit d’être traité sur un pied d’égalité indépendamment de facteurs comme l’origine sociale ou ethnique, l’apparence physique, la sexualité ou le genre.

Il est important pour la Finlande de coopérer avec d’autres acteurs tendant au même objectif de par le monde et d’assurer une reconnaissance publique à leurs initiatives. C’est dans cet esprit que la Finlande présente le Hän Honour, une distinction honorifique spéciale accordée à toute personne ou organisation s’étant activement engagée en faveur de la promotion de l’inclusivité. À ce jour, une vingtaine de personnes physiques ou morales de différents pays du monde ont reçu cette distinction.

Améliorer les droits et protéger les acquis  

L’ambassadrice de Finlande Kirsti Kauppi (à g.) remet le Hän Honour à Jay Gilliam, directeur de l’Encadrement mondial à la Human Rights Campaign. Cette distinction symbolique finlandaise lui a été attribuée en reconnaissance du travail que mène inlassablement son organisation pour la construction d’un monde sûr et inclusif pour toutes les personnes LGBTQ.  
Photo : Ambassade de Finlande, Washington

Fondée en 1980, la Human Rights Campaign (HRC) est le groupe de défense des droits des personnes LGBTQ (lesbiennes, gay, bisexuelles, trans, queer/intersexe) et l’organisme de lobbying politique au service de ces communautés le plus important des Etats-Unis. Kirsti Kauppi, ambassadrice de Finlande à Washington, a remis le Hän Honour à la HRC pour le travail que mène inlassablement cette organisation pour la construction d’un monde sûr et inclusif pour toutes les personnes LGBTQ.

« Nous devons œuvrer à l’amélioration de nos droits tout en veillant à pérenniser et à protéger les acquis que nous avons pu obtenir », indique Jay Gilliam, directeur de l’Encadrement mondial à la HRC. « Il ne s’agit pas seulement de faire adopter des lois plus protectrices. Nous menons aussi des actions pédagogiques au niveau des écoles, des entreprises et autres lieux de travail ainsi que des églises. »

Même si la HRC est essentiellement connue pour l’action qu’elle mène aux Etats-Unis, elle travaille aussi avec des organisations basées dans le monde entier tout en mettant en œuvre différents programmes à destination de participants de tous pays.

« L’une des tendances de fond qui se manifeste au niveau mondial, c’est la décriminalisation des relations entre personnes du même sexe, à quoi s’ajoute la légalisation du mariage pour tous dans bon nombre de pays », souligne Gilliam. « Nous sommes fiers de la Finlande pour le rôle qu’elle a joué et continue de jouer dans la promotion de l’égalité pour les personnes LGBTQ et pour son initiative de diffuser le message du hän. »

Infatigable face aux controverses

La sociologue Chizuko Ueno s’est vu décerner le Hän Honour au Japon pour « avoir soulevé de façon infatigable des questions parfois sujettes à controverse comme par exemple la discrimination fondée sur le sexe et les violences sexuelles ».
Photo : Katsuo Sugano

La sociologue Chizuko Ueno a reçu son Hän Honour de la part de l’ancienne présidente de la République finlandaise Tarja Halonen pour son travail précurseur en matière de féminisme et ses recherches sur la condition féminine au Japon.

Au cours de la cérémonie de remise de la distinction, Halonen a déclaré qu’Ueno « a soulevé de façon infatigable différentes questions parfois sujettes à controverse comme par exemple la discrimination fondée sur le sexe et les violences sexuelles, provoquant des débats dont la finalité est de rendre meilleure la société japonaise en y introduisant le respect de l’égalité des sexes. »

Ueno a accédé à la notoriété dans les années 1980 avec son ouvrage Sekushi gyaru no daikenkyuu (traduction française littérale de ce titre : « Etudes sur la fille sexy »), poursuivant sur sa lancée en publiant dans les années 2000 d’autres livres consacrés à ces mêmes problématiques, notamment une étude où l’auteure réfléchit aux stratégies de survie à la disposition des femmes. Avocate de la cause de la Femme, Ueno est aussi une universitaire spécialisée en histoire de la libération des femmes et du féminisme.

Ueno a retourné les compliments qui lui étaient faits par l’ancienne présidente finlandaise, déclarant au sujet d’Halonen : « C’est un grand honneur pour moi de recevoir une lettre de remerciements de la première femme à avoir présidé la Finlande (…), sachant que la Finlande est bien connue comme l’un des pays les mieux classés en matière de mise en place d’une société fondée sur l’égalité des sexes. »

Créer un espace de liberté élargi pour tous les humains 

Jill Michiels (à g.) et Koen Dedoncker ont reçu le Hän Honour pour la branche belge de l’Alliance Men Engage, une organisation dont la Finlande a souhaité saluer l’action en faveur d’une redéfinition de la notion de masculinité.
Photo: Ulla Suortti

En Belgique, c’est l’Alliance Men Engage qui s’est vu décerner le Hän Honour au titre de son action visant à redéfinir la notion de masculinité : Koen Dedoncker et Jill Michiels ont ainsi reçu la distinction symbolique finlandaise des mains de Riitta Resch, ambassadrice de Finlande en Belgique.

« Notre travail est nécessaire du fait qu’il existe un lien malsain entre les hommes et la violence », dit Dedoncker, président de Men Engage pour la Région flamande, l’une des trois régions de la Belgique fédérale. « Les hommes meurent plus jeunes et présentent des taux accrus d’alcoolisme et de suicide. Ce sont des points qui mettent en évidence une problématique spécifiquement liée à la masculinité. »

Les stéréotypes en vigueur prétendent imposer l’image d’un homme fort, agressif, doté d’un esprit de compétition et ne manifestant jamais aucune vulnérabilité : or c’est ce modèle qui est à l’origine des problèmes que connaissent les hommes – mais aussi les autres acteurs de la société – tout au long de leur vie.

« Les hommes ne sont pas censés pleurer, ni montrer de la faiblesse ou parler de leurs émotions », observe Dedoncker. « Nous essayons de déverrouiller ces rôles institués pour mettre en place un espace de liberté élargi pour les uns et les autres, pris comme autant d’êtres humains. Le but n’est pas seulement de prévenir la violence et de promouvoir l’égalité des genres, mais aussi d’encourager chacun à vivre une vie plus saine. Il est vrai qu’il faut “en avoir dans le pantalon” ou posséder une certaine forme de cran selon l’expression qu’on préfère utiliser, pour oser sortir de la petite boîte marquée “Homme” que la société vous a assignée, mais ce courage-là, c’est la société tout entière qui en sera la bénéficiaire. »

Par la rédaction de VoicilaFINLANDE, novembre 2019

Liens