La Laponie finlandaise a son centre Sami

La communauté Sami finlandaise fête l’ouverture du centre culturel et politique Sajos (voir vidéo des aurores boréales).

Lire article

Les Samis, peuple indigène de Laponie, se réjouissent de l’apparition d’un nouvel édifice emblématique de leur culture dans le village lacustre d’Inari, en Laponie finlandaise : le Sajos, centre culturel et politique Sami.

Cet impressionnant bâtiment a été érigé en partie pour abriter en permanence le Sámediggi, ou Parlement Sami, représentatif de la communauté Sami de Finlande tant au plan national que sur la scène internationale ; l’institution est également habilitée à trancher toutes questions relatives à la langue et à la culture same ainsi qu’aux droits de la communauté Sami. Seul peuple indigène subsistant en Europe, les Samis occupent un territoire s’étendant depuis la Norvège et la Suède du Nord jusqu’à une bande de terre située tout au nord de la Russie.

Les aurores boréales dansent dans le ciel au-dessus du Sajos, le nouveau centre culturel et politique Sami situé à Inari, en Laponie finlandaise.

 

Le Sajos, mot signifiant « camp de base » en same, accueille également le nouveau centre culturel Sami, lequel comprend un auditorium de 430 places pouvant servir de théâtre ou de salle de concert ; on y trouve en outre des salles de réunion destinées aux associations locales, des salles de classe pour la formation des adultes, un centre d’action sociale à la disposition des habitants de la région, les archives Sami, une bibliothèque, ainsi qu’une boutique spécialisée proposant des livres sur la culture same ainsi que des produits de l’artisanat local.

« L’ouverture du Sajos représente une opportunité nouvelle très importante pour nous Samis, car c’est un lieu idéal pour organiser toutes sortes d’événements culturels », dit la chanteuse Anna Näkkäläjärvi, dont le groupe Ánnámáret Ensemble s’est produit lors de l’inauguration officielle du bâtiment, le 3 avril 2012 ; cet événement avait par ailleurs été programmé pour coïncider avec l’inauguration par le président finlandais Sauli Niinistö du Parlement Sami de 21 membres nouvellement élu pour une mandature de 4 ans.

Näkkäläjärvi dirige le Sámi Music Centre, également installé dans les locaux du Sajos. A l’image des autres musiciens Samis, les membres du groupe Ánnámáret Ensemble sont fiers de leurs racines et des chants traditionnels Sami à la tonalité lancinante, même si le groupe n’hésite pas à y mélanger des influences issues d’autres cultures musicales. « Il est important d’avoir cette démarche si nous voulons garder notre culture vraiment vivante », nous explique Näkkäläjärvi.

Réunis sous un même toit

4107-9013-550px-jpg

Le président finlandais Sauli Niinistö (cravate bleue) et la Première dame Jenni Haukio (à droite) sont venus au Sajos présenter leurs félicitations à l’occasion de l’inauguration du Parlement Sami. Photo: Tea Karvinen

« C’est la première fois que les Samis de Finlande disposent vraiment d’une maison qui leur est dédiée et où ils ont la possibilité de se réunir sous un même toit », nous dit Marja

Männistö, directrice du Sajos. Et de poursuivre : « Cela a été formidable de voir ici 450 enfants Sami chanter ensemble en mars dernier à l’occasion d’un événement artistique spécialement dédié aux plus jeunes, et j’attends vraiment avec impatience le festival de musique des peuples indigènes Ijahis idja (Nuit sans Nuit) qui se tiendra dans nos murs en août prochain, où des artistes de scène représentant différentes autres cultures indigènes se produiront au côté des musiciens Sami. » Par ailleurs, les responsables du centre espèrent que le Sajos permettra de réactiver la tradition du théâtre de langue same, qui a eu tendance à souffrir ces dernières années par suite de l’absence d’un espace scénique adapté.

« Nous produisons également des livres scolaires dans les trois langues sames distinctes qui se parlent en Finlande », ajoute Männistö, elle-même membre de la communauté skolte, minorité Sami au sein de la minorité proprement dite. Le same skolte est aujourd’hui parlé par seulement 300 locuteurs environ en Laponie finlandaise, tandis que le same d’Inari est pratiqué par un peu plus de 300 personnes et qu’à peu près 2000 personnes parlent le same du Nord. Ainsi, à elle seule, la commune d’Inari totalise quatre langues officielles : les trois langues sames ainsi que le finnois.

Des formes inspirées de la nature et des traditions Sami

4107-9072-550px-jpg

Anna Näkkäläjärvi sur scène avec son groupe Ánnámáret Ensemble lors des festivités d’inauguration du Sajos. Photo: Tea Karvinen

Avec son architecture clairement influencée par les paysages nordiques, le Sajos présente une apparence qui ne manque pas de capter le regard. Les murs convexes de l’édifice sont construits en pin, bouleau et épicéa, trois espèces sylvicoles d’origine locale. Le plan du bâtiment évoque la forme du bonnet traditionnel lapon à quatre pointes, dit « des quatre vents », tandis que les espaces intérieurs ont été dessinés pour faire écho à d’autres objets, structures et motifs typiques de la tradition Sami. La grande salle du Parlement, quant à elle, ressemble à un énorme tambour ovale de shaman ; par ailleurs, ce dernier espace est doté de cabines d’interprétation permettant aux interprètes de livrer une traduction simultanée des trois langues sames lors des sessions parlementaires.

La construction du centre culturel et politique, d’un coût de 15 millions d’euros, a été financée par l’Etat finlandais et le Fonds européen de développement régional.

Männistö bénéficie aussi d’une vue depuis son bureau sur la rivière Juvduu et sa rive opposée, où se trouve l’autre attraction d’Inari : le musée Siida, ou Sámi Museum and Nature Centre, dont les expositions permettent de découvrir de façon vivante et colorée la vie dans le Grand Nord.

« Le Siida met en scène notre histoire et notre cadre naturel, et nous sommes ravis d’avoir aujourd’hui à son côté le Sajos, qui témoigne quant à lui de façon remarquable de la culture contemporaine Sami », conclut Männistö.

Par Fran Weaver, avril 2012

Liens