La Finlande rend possible le prolongement de la vie active

L’idée de garder actifs ses seniors, tant sur le plan physique que social, est d’une importance cruciale pour la Finlande, pays confronté à un vieillissement rapide de sa population.

Lire article

Les seniors actifs sont une vision fort fréquente en Finlande dans de nombreux types d’événements sociaux et culturels, comme c’est d’ailleurs le cas en pleine nature, où il n’est pas rare d’en croiser filant à toute vitesse sur leurs skis ou à vélo. Les plus de 60 ans forment dès à présent 27% de la population finlandaise, ce chiffre connaissant une rapide augmentation alors que la génération du baby-boom d’après-guerre est en train d’atteindre l’âge de la retraite. Les autorités finlandaises ont parfaitement conscience que les coûts que représenteront dans les années à venir les soins à destination d’une population de seniors en pleine expansion vont poser un très important défi. L’idée consistant à garder les seniors en activité et à les faire participer à la vie de la société peut toutefois contribuer à apporter une solution.

« Ici en Finlande, notre population vieillit plus vite que dans tout autre pays du monde, à l’exception toutefois du Japon », explique Eeva Päivärinta, conseillère spécialisée en services sociaux et de santé au Fonds finlandais pour l’innovation Sitra, où un programme de deux ans récemment mis en œuvre a mis l’accent sur les services spécifiquement destinés aux seniors du pays. « D’ici 2030, notre économie aura épuisé sa capacité à proposer des maisons de retraite avec prestations complètes conformes à notre modèle de soins aux personnes âgées : c’est dire que nous avons un besoin urgent d’offrir des services de santé efficaces en ligne aussi bien qu’à domicile, ainsi que divers autres services destinés à des seniors bénéficiant du maintien au domicile. »

Que ce soit sur un rebord de fenêtre, un balcon ou dans une cour, le jardinage est un hobby qui garde l’esprit et le corps alertes.Photo: Hernan Patiño

L’espérance de vie d’un Finlandais aujourd’hui âgé de 60 ans est actuellement de 84 ans. Päivärinta souligne que cette longévité doit se voir comme un cadeau, même si ceci ne saurait se vérifier que sous réserve que les personnes aient accès à une bonne qualité de vie à l’automne de leur existence. « Il est essentiel d’écouter ce que les seniors déclarent eux-mêmes souhaiter. Notre étude montre qu’outre un filet de sécurité consistant en un certain quota de places en institution gériatrique réservées aux plus précaires, ils apprécieraient au plus haut point des mesures de soutien leur permettant de vivre à leur domicile aussi longtemps que possible. »

Des réseaux de prestations pour les seniors à domicile

La Finlande s’est classée en 2015 14ème au classement Global Age Watch Index, un indice créé pour suivre le bien-être des seniors. La Finlande a obtenu des résultats particulièrement bons sur la sécurité des revenus ainsi que sur la mise à la disposition des seniors d’environnements favorables. Selon Päivärinta, le régime de retraite et de sécurité sociale finlandais, remarquable par son financement innovant, apporte la garantie qu’aucun retraité n’ait à subir la pauvreté, tandis que de leur côté les pouvoirs publics locaux mettent à disposition des locaux accessibles et offrent des réductions permettant aux seniors de faire usage des transports en commun, de s’exercer dans les piscines, salles de sport et jardins publics et de se rendre dans les musées, bibliothèques et théâtres.

« Les personnes âgées sont également souvent actives au sein des nombreuses associations de quartier et associations de retraités que compte la Finlande, si bien qu’elles ont l’occasion de profiter d’événements sociaux et de voyages collectifs, sans oublier qu’elles s’impliquent de plus en plus dans des projets reposant sur le bénévolat qui les amènent à rencontrer et à aider d’autres retraités ou bien des enfants en âge d’aller à l’école », ajoute-t-elle.

vis

Le projet d’habitat communautaire baptisé Kotisatama, dans le quartier de Kalasatama à Helsinki, n’est pas une résidence de retraite comme une autre, mais un ensemble de logements sociaux en libre-service d’un type nouveau. Maj-Len Törnqvist et Frank Roehr, tous deux résidents, vérifient le planning des tâches ménagères communes et les événements à venir sur le site internet de la Résidence Kotisatama.Photo: Hernan Patiño

Des centres de services pour personnes âgées financés par les municipalités et ouverts à tout senior résidant dans la commune correspondante apportent un réseau de lieux de rencontre et d’équipements collectifs aussi bien dans les villages que les villes et banlieues de Finlande. Certains de ces bâtiments centralisant un ensemble de services municipaux aux seniors proposent également à ceux-ci des appartements classiques entièrement équipés et dotés de tous services.

Päivärinta estime cependant qu’il serait souhaitable de mettre en place d’autres services encore pour venir en aide aux personnes âgées vivant à leur domicile. « A Tampere, nous avons piloté un projet de point services avec personnel d’accueil que nous avons baptisé le Palvelutori (le “Marché aux services”) », nous indique-t-elle. L’idée était de mettre en place un point de convergence pour les retraités pour que ceux-ci aient accès à toutes formes d’aide et de conseils pratiques et puissent ainsi s’y retrouver dans les prestations de santé, prestations sociales et autres initiatives qui leur sont destinées. « De nombreux services et prestations utiles existent bel et bien, la question étant bien souvent simplement de mettre les gens en relation avec ce qui est prévu pour eux. Notre dispositif a connu un franc succès, si bien qu’il a déjà été étendu à d’autres quartiers de Tampere et à d’autres villes finlandaises. » C’est ainsi qu’un dispositif de même type reprenant le principe de la bourse de services, mais proposée en ligne cette fois, est en train d’être piloté à Turku par une structure financée par le Fonds Sitra.

Un principe innovant : l’habitat communautaire en libre-service

De même, le marché du logement finlandais a l’obligation de s’adapter au vieillissement de la population en fournissant des logements accessibles et qui répondent par ailleurs aux besoins sociaux de leurs occupants retraités. Des programmes expérimentaux où des seniors étaient logés avec des étudiants se sont avérés utiles tant pour les jeunes que pour les aînés.

Les résidences pour seniors conçues sur le principe de l’habitat communautaire, où des propriétaires d’appartements partagent des installations ou équipements et ont la faculté de se rencontrer dans des espaces communs, sont une option séduisante pour de nombreuses personnes âgées. C’est ainsi qu’en 2015, l’association Aktiiviset Seniorit (“Les Seniors actifs”) a étrenné son deuxième site d’habitat communautaire baptisé Kotisatama (“Le Port d’attache”) dans le quartier de Kalasatama à Helsinki, un secteur de la capitale finlandaise engagé dans un développement rapide.

Mari Raunio, résidente à Kotisatama, en plein travail sur le métier à tisser de l’atelier d’artisanat de la résidence, un espace ouvert à tous. Le bâtiment abrite également une petite salle de sport, une bibliothèque, une salle de jeux, une laverie, un boulodrome, un toit-terrasse arboré et deux saunas.Photo: Hernan Patiño

« La Résidence Kotisatama n’est pas une résidence de retraite comme une autre, mais un ensemble de logements sociaux en libre-service d’un type nouveau », nous explique Marjut Helminen, une résidente. « En dehors du fait que nous nous occupons chacun de notre propre appartement, nous nous regroupons entre résidents dans des équipes chargées des tâches ménagères, chaque équipe étant appelée à nettoyer à tour de rôle les espaces communs de la résidence, mais aussi à préparer des repas que nous avons la faculté de prendre en commun tous les soirs de semaine. Ce mode de vie s’adresse à des personnes qui souhaitent garder le contrôle de leur vie, mais qui n’en apprécient pas moins une forme de vie communautaire et les différentes activités organisées de concert avec leurs voisins. »

Tout ce qu’il faut pour se planifier une retraite active

Outre 63 appartements agréables, l’immeuble de la Résidence Kotisatama, par ailleurs entièrement accessible en fauteuil roulant, est doté d’équipements collectifs de qualité, dont un atelier d’artisanat et de bricolage, une petite salle de sport, une bibliothèque et une salle de jeux, une laverie, un boulodrome, un toit-terrasse arboré et deux saunas. Dans le hall d’entrée, à côté de la vaste salle à manger commune de la résidence et de la cuisine attenante, un tableau d’affichage électronique indique tout ce qu’il y a à savoir sur les activités et événements prévus, de même que sur la répartition des travaux ménagers.

« Chacun profite au maximum de tous ces équipements, et nous avons de nombreux groupes prévus pour les personnes ayant un intérêt commun pour le chant, le cinéma, la littérature, l’informatique et jusque pour les jeux de cartes, les échecs, le bowling et le Pilates », nous précise Helminen, elle-même de toute évidence très active en tant que senior : passionnée de canoë, elle vient par ailleurs de publier son premier roman. De nombreux retraités vivant à la Résidence Kotisatama font régulièrement du vélo, et certains d’entre eux vont jusqu’à s’immerger en hiver à travers un trou percé dans la glace d’une baie toute proche correspondant à un bras de mer de la Baltique.

Tout ce qui a trait à la vie de la Résidence Kotisatama est méticuleusement prévu et planifié par les résidents eux-mêmes à travers l’association Aktiiviset Seniorit, dont les membres ont une fourchette d’âge allant de 54 ans à 80 ans, avec un âge moyen de 67 ans. « L’association Aktiiviset Seniorit a d’ores et déjà commencé à planifier son troisième ensemble immobilier communautaire pour seniors, et nous recevons de nombreuses marques d’intérêt de la part de résidents potentiels », indique Helminen. « Il y aurait sans le moindre doute une demande pour de nombreux sites d’habitat communautaire comme le nôtre, y compris pour des formules de locations d’appartements. »

« Cela a été pour moi une expérience formidable de m’installer au milieu d’une communauté de voisins déjà constituée, comme une grande famille au milieu de laquelle vous pouvez faire votre vie de votre côté si vous le souhaitez, mais où vous avez toujours la possibilité d’être entouré », confie pour sa part Maj-Len Törnqvist, une autre habitante de la Résidence Kotisatama. « Quand je pense aux années à venir, je me dis que je ne veux pas être un poids pour mes enfants : d’ailleurs, eux aussi sont très heureux pour moi que j’aie trouvé une maison comme celle-ci. »

Par Fran Weaver, août 2016

Liens