La Finlande en valeur à la Helsinki Design Week

La Helsinki Design Week, évènement qui se tient tous les ans, s’est choisie comme thème de son édition 2017 le jeu des « questions/réponses ». C’est pourquoi nous avons demandé à des Finlandais passionnés de design de nous dire ce qui, à leurs yeux, fait du design finlandais un phénomène si fun.

Lire article

Le design nordique jouit d’une célébrité mondiale, d’ailleurs due pour une part non négligeable au parcours créatif de nombreux professionnels finlandais de ce secteur. Même s’il se passe en permanence quelque chose dans le domaine du design en Finlande, la période de l’année où le design y est particulièrement sur le devant de la scène est probablement le début de l’automne.

Gratifiée du titre de Capitale mondiale du design en 2012, Helsinki organise par ailleurs depuis 2005 tous les automnes sa semaine dédiée au design dite Helsinki Design Week. L’édition 2017 de celle-ci aura lieu du 7 au 17 septembre avec 250 évènements distincts annoncés et une fréquentation attendue de 200.000 visiteurs.

La Finlande a aussi été sélectionnée pour être le premier pays à présider le réseau World Design Weeks qui réunit 50 évènements et festivals urbains dédiés au design à travers le monde. Au cours de la Helsinki Design Week, les représentants de ce réseau mondial se réuniront dans la capitale finlandaise les 14 et 15 septembre pour une conférence de haut niveau qui donnera lieu notamment à l’évènement DesignCommons, où le public sera invité à interagir avec plusieurs personnalités de premier plan du design international.

Anna Alanko, designer, illustratrice et coloriste passionnée

Le design se situe au point de recoupement entre la création artistique et l’univers commercial : Anna Alanko a dessiné ce motif pour la marque de crèmes glacées Häagen-Dazs.Photo: Anna Alanko

Q : Qu’est-ce qui vous motive ? Est-ce que vous vous sentez avant tout portée plutôt par l’inspiration ou bien la discipline ?

R : Je dirais par une combinaison des deux. Je suis quelqu’un qui organise son travail avec beaucoup de discipline, mais en même temps je m’ennuie vraiment très vite. Pour rester motivée et préserver mon inspiration, j’ai donc besoin d’intégrer à ma méthode de travail quelque chose de l’ordre de la découverte, de même qu’une dimension ludique. L’inspiration me vient souvent quand je travaille des matières qui ne me sont pas familières ou que je m’initie à une technique qui m’était inconnue jusque-là.

Q : Quelle est l’importance de la Helsinki Design Week pour les artistes et galeristes finlandais ?

R : A partir du moment où la Semaine du Design d’Helsinki est la plus grosse manifestation de design des pays nordiques, il est clair que c’est aussi l’un des évènements les plus importants et complets de Finlande dans son domaine. Il offre une exposition tant nationale qu’internationale exceptionnelle aux designers et stylistes finlandais, tout en rapprochant nos professionnels de leurs clients, ce qui est une très bonne chose !

Q : Quel est votre prochain projet ?

R : Je travaille en ce moment sur un projet d’illustration pour un groupe de musiciens britanniques, et je suis en train de concevoir des motifs de surface pour des clients suédois, nord-américains et japonais. Je m’essaie aussi depuis quelque temps à la 3D : c’est une façon de travailler qui m’inspire énormément et que je ne connaissais absolument pas jusqu’ici. J’espère réaliser dans l’avenir plus souvent des illustrations et des motifs organiques empreints du climat onirique qui me tient à cœur en y intégrant des éléments 3D.

Matti Pikkujämsä, portraitiste, illustrateur et galeriste

Le double point de départ du travail du designer finlandais Matti Pikkujämsä est « la passion et la curiosité ».Photo fournie par Matti Pikkujämsä

Q : Comment vous y prenez-vous pour réaliser vos créations artistiques ?

R : Ma façon de travailler repose sur la passion et la curiosité. La majeure partie de mon travail consiste en croquis que j’exécute pour moi seul. Je vois en permanence autour de moi des choses qui m’inspirent et qui me mettent dans un état d’esprit propice au travail créatif. J’aime ce que je fais. Aussi bien comme portraitiste qu’illustrateur ou maquettiste, je me mets toujours au service de mon art avec humilité. J’ai envie de donner du plaisir aux gens, mais pas au premier degré.

Q : Comment aimeriez-vous voir évoluer la Helsinki Design Week dans les années qui viennent ?

R : L’image que je me projette de la Semaine du Design d’Helsinki est celle d’une manifestation qui pourrait évoluer et prendre de l’ampleur en investissant demain des lieux inattendus où le design finlandais n’est pas habituellement présent. Je souhaite que le public puisse s’habituer à voir dans ce qu’on appelle le design autre chose que du décoratif, qu’il se mette à « penser design ». Et ce souhait vaut aussi pour les designers eux-mêmes.

Q : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

R : En ce moment, je travaille sur un livre et une série de produits intitulés Cup of Therapy. Avec mon mari, nous avons démarré notre blog Instagram en mai dernier : depuis, notre audience connaît une progression très rapide. Le livre Cup of Therapy sera publié chez Otava dès ce mois d’octobre, et je prévois de sortir très prochainement différents produits dérivés comme des T-shirts et des mugs.

Kari Korkman, fondateur et PDG de la Helsinki Design Week

Parmi les intervenants qui prendront la parole à l’évènement DesignCommons figurent (de g. à dr.) Marko Ahtisaari de la société Sync Project, Winy Maas de l’agence d’architecture MVRDV, Alex Groves et Azusa Murakami du Studio Swine (Super Wide Interdisciplinary New Explorers) et Cees van der Veeken du cabinet d’architectes paysagistes LOLA Landscape Architects.Photo: World Design Weeks Summit

Q : Que représente la présidence du réseau World Design Weeks pour la Finlande ?

R : Nous pouvons être fiers de la reconnaissance publique qui se manifeste à notre égard à travers cette présidence, mais au final la question sera de savoir si les designers finlandais sauront utiliser au mieux ce réseau international. Le réseau World Design Weeks réunit un grand nombre de parties prenantes : des municipalités, des universités, des ONG, des designers et stylistes, des fabricants, des détaillants, des médias et des consommateurs de chaque pays participant. Ce réseau est un outil au service des designers de notre pays : ils pourront ainsi se créer des contacts utiles.

Q : Quel regard portez-vous sur les résultats auxquels vous êtes parvenu depuis le lancement de la Helsinki Design Week ?

R : Nous n’avons pas tellement tendance à porter un regard rétrospectif sur ce que nous avons fait. Nous avons défini un cadre général d’action où nous nous positionnons en tant que partenaires de la filière design et des différents acteurs qui gravitent autour de celle-ci. Dès lors, chaque succès que nous enregistrons n’est pas autre chose que le résultat des partenariats que nous aurons pu initier. Notre réussite découle de ce qui constitue concrètement ces partenariats, et notamment des initiatives originales et des produits innovants générés par la filière design.

Q : Comment voyez-vous l’avenir ?

R : J’observe actuellement des évolutions qui ne m’enchantent pas. Les spectres du populisme, du nationalisme et du protectionnisme se font aujourd’hui plus menaçants que jamais. Il faut noter à ce sujet que la créativité et l’innovation s’opposent à ces courants. Les concepts d’avenir et les idées nouvelles ne peuvent émerger que lorsque nous sommes ouverts sur le monde et que nous inscrivons notre action dans une démarche d’ensemble collaborative.

 

Par David J. Cord, août 2017

Liens