L’hiver en Finlande : Comment en profiter pleinement

L’hiver est froid, enneigé et doté d’un faible ensoleillement.

Lire article

La Finlande est l’une des régions les plus septentrionales du monde à être habitée en permanence. D’une durée de 3 à 7 mois selon le degré de latitude et l’année, l’hiver est froid, enneigé et doté d’un faible ensoleillement, ce qui n’est un obstacle ni à vie sociale, ni aux activités économiques. Même par tempête de neige ou par un froid polaire, on n’a pas encore vu un Finlandais ne pas aller au travail ou manquer l’école ! Et de toute façon, les Finlandais savent tirer le meilleur parti de l’hiver.

Voici, pour le visiteur, le guide pratique de la « survie » en Finlande en hiver, et aussi des joies de cette saison.

Le café

4021-winter2_b-jpg

Servir le café est un acte très important de la vie sociale finlandaise.Photo: Rodeo.fi/Juha Tuomi

C’est le café qui a la préférence des Finlandais, et qu’ils boivent pour se mettre en route par les matins froids d’hiver où la lumière du jour est longue à venir. Ce breuvage les revigore tout au long de la journée et les accompagne même jusque peu avant le moment d’aller se coucher. La Finlande est d’ailleurs le pays du monde où la consommation de café est la plus importante, à raison de 11,92 kg de café non torréfié par habitant en 2009. A titre de comparaison, il s’en était consommé la même année 4,09 kg par habitant aux Etats-Unis, 3,14 kg en Grande-Bretagne, 7,35 kg en Suède et 3,36 kg au Japon.

En Finlande, le café est torréfié jusqu’à obtention d’un grain clair et d’un arôme un peu plus acide que le café qu’on boit en règle générale en Europe occidentale. Il est moulu relativement épais et infusé le plus souvent dans une cafetière de type percolateur, le résultat étant au moins aussi corsé que le café à l’américaine. On y ajoute ensuite quelques morceaux de sucre et un nuage de lait ou de crème ; toutefois, nombreux sont ceux qui boivent leur café noir.

Servir le café est un acte très important de la vie sociale finlandaise ; pour ce faire, on apporte à table de jolies tasses et on sert en accompagnement différentes sortes de viennoiseries, de tartelettes et de biscuits. La plupart des fêtes familiales, des réunions entre collègues destinées à marquer un événement professionnel ou des visites d’invités vont de pair avec ce rituel du café, la boisson étant alors servie avec une collation plus festive, à base de gâteaux, de sandwiches ou de différentes bouchées salées. Autrefois, les maîtresses de maison mettaient un point d’honneur à proposer avec le café au moins sept variétés de bouchées salées ou sucrées. Par ailleurs, le café qui se sert traditionnellement après la messe et les différentes cérémonies religieuses est une institution d’une telle importance qu’on l’appelle plaisamment le « troisième sacrement de l’Eglise luthérienne de Finlande ».

En général, les Finlandais prennent leur café chez eux, sur leur lieu de travail ou en d’autres lieux privés ; cependant, les établissements servant du café sont très fréquentés, en particulier en milieu urbain. Par ailleurs, les chaînes de cafétérias à concept américain connaissent à l’heure actuelle un développement rapide.

Parallèlement, d’autres boissons chaudes telles que le thé, le chocolat, le jus de cassis chaud ainsi que le « glögi », ou vin chaud à la scandinave, sont appréciés des Finlandais durant la saison hivernale.

Le sauna

4021-winter3_b-jpg

La trempette en lac gelé est une des joies en hiver.© Finnish Tourist Board

Le sauna est à juste titre l’une des institutions symboliques de l’identité nationale finlandaise. On estime que la Finlande compte plus de deux millions de saunas, ce chiffre étant à rapporter à une population de 5.400.000 habitants répartis dans 2.600.000 maisons ou appartements. Le nombre de saunas est en progression rapide, car un sauna électrique est prévu d’origine dans tous les appartements de la plupart des immeubles neufs.

Le développement du sauna tire son origine de la constatation qui fut faite dans des temps lointains que la chaleur de l’âtre se maintenait d’autant mieux qu’elle s’était accumulée dans des pierres ; ceci amena les ancêtres des Finlandais à vivre pratiquement dans leurs saunas ; le rôle de l’eau et sa transformation en vapeur après projection sur les pierres du poêle fut lui aussi très tôt observé. Le sauna fut utilisé dans toutes les régions froides de l’Eurasie jusqu’à l’amélioration des conditions de chauffage des habitations et le développement de l’alimentation en eau courante ; l’usage en fut cependant conservé dans les pays nordiques et dans les zones peu peuplées d’Europe de l’Est. Jusqu’au début du siècle dernier, la plupart des enfants finlandais naissaient au sauna, dans de parfaites conditions d’hygiène, et de tous temps jusqu’aux dernières décennies, le Finlandais ne s’est considéré comme vraiment propre qu’après être allé au sauna. De nos jours, la fréquentation du sauna a pris avant tout un sens de pratique visant au bien-être.

Les Finlandais vont au sauna en fin de journée, après une séance de sport, ou après s’être livré à des travaux salissants, en signe d’amitié ou de communauté d’esprit, en conclusion de leurs pourparlers d’affaires, et de toute façon au moins tous les samedis. Les fêtes annuelles comme Noël ou la Saint-Jean appellent obligatoirement une visite au sauna. Contrairement à l’idée qu’on s’en fait souvent à l’étranger, il n’est pas d’usage de faire des concours d’endurance à la chaleur pour désigner celui qui restera le plus longtemps sur les bancs surchauffés de l’étuve. Une température de 80° C est considérée comme idéale, et l’on veille au maintien d’une atmosphère suffisamment humide dans l’étuve. L’été, les adeptes du sauna se battent les flancs avec des faisceaux de petites branches de bouleau, que l’on sèche ou que l’on congèle par ailleurs pour s’en resservir en hiver. On séjourne au sauna dans le plus simple appareil, en sachant que le plus souvent, les hommes et les femmes vont au bain de vapeur séparément ; même si parfois, hommes et femmes y sont réunis, le sauna n’a guère dans la culture finlandaise de connotation sexuelle. Au demeurant, les enfants fréquentent l’étuve eux aussi, et on y emmène même les malades hospitalisés et grabataires.

Se remettre de la morsure du froid en se réchauffant les extrémités à la chaleur du sauna procure des sensations délicieuses. Le sauna est le lieu désigné pour se détendre, pour faire silence, et même pour vivre une expérience de type spirituel ; la pratique du bain de vapeur extrait l’homme de la bousculade et des conflits de la vie quotidienne pour l’immerger dans une réalité autre, dans un contexte de repos et de paix. Le meilleur emplacement pour un sauna est le bord d’un lac ou de la mer, ce qui est le cas pour 600.000 saunas en Finlande, souvent situés à proximité immédiate d’une maison de campagne ou d’un chalet. Après avoir sacrifié au rituel de la vapeur, le baigneur ne résistera pas à la fascination du spectacle du soleil déclinant à travers les arbres de la forêt, tendant l’oreille au cri du plongeon arctique, soudain conscient que le monde recèle bien des merveilles et bien de la beauté. En hiver, en cas de sauna situé au bord de l’eau, le rituel de l’étuve comprend la baignade furtive en eau glacée, ceci ayant un effet de stimulation de la circulation sanguine.

Parmi les différents types de sauna, citons le sauna chauffé à la fumée, qui occupe en Finlande une place à part : issues d’un savoir-faire ancestral immuable, ces bâtisses en bois sont dépourvues de cheminée extérieure ; le chauffage pendant des heures du grand poêle dont elles sont dotées produit une concentration de fumée qui ne peut s’évacuer qu’à travers d’étroites meurtrières présentes au plafond et aux murs du sauna, ou par les fins interstices de la charpente, ce qui explique que l’intérieur de ces saunas soit noir de suie. Lorsque le poêle est très chaud, on éteint le feu et on aère le sauna pour évacuer la fumée. Les Finlandais apprécient le rituel spécifique de chauffage de ce type de sauna à l’ancienne, et ils aiment le dépaysement et la sensation de rapprochement entre les êtres qu’il procure. Quelle qu’en soit la raison, ils ont toujours trouvé qu’une particulière douceur s’attachait aux ablutions que permettent ces saunas, où la semi-pénombre donne envie de s’attarder longtemps.

Des maisons renforcées et des techniques de chauffage efficaces

4021-hiver2_b-jpg

Les maisons modernes sont bien construites et disposent de systèmes de chauffage efficaces.Photo: Matti Karjanoja

On a beaucoup investi en Finlande dans le développement de techniques de construction visant à réaliser des économies d’énergie et faisant appel à des ressources naturelles renouvelables. Conformément à la réglementation, les maisons et appartements neufs sont dotés de triples vitrages, et les modèles de vitres les plus récents servent d’accumulateur à l’énergie solaire. La structure des murs extérieurs des maisons intègre une couche d’isolant thermique épaisse de 10 cm au moins, ainsi qu’un pare-vent. Par ailleurs, les bonnes vieilles techniques traditionnelles reviennent au goût du jour, comme par exemple le recours à d’épais rondins qui isolent très efficacement du froid.

Un peu moins de la moitié des habitations finlandaises bénéficient du chauffage urbain, qui est le mode de chauffage le plus répandu en agglomération. Le chauffage urbain est généré par des centrales électriques où la chaleur est associée à l’eau, laquelle est transférée en direction des habitations à travers un réseau de canalisations. La Finlande compte plus de 10.000 km de canalisations d’eau chaude, soit plus de six fois la longueur du pays du nord au sud. D’une température de 65 à 115° C selon la météo, l’eau s’écoulant dans ces coduites va réchauffer l’eau des radiateurs et l’eau courante au robinet, avant de revenir refroidie à la centrale, où un nouveau réchauffage aura lieu.

Le chauffage urbain permet de chauffer un grand nombre d’immeubles de façon efficace, économique et écologique ; comparé à la production individuelle d’énergie et d’électricité, ce mode de chauffage assure une économie d’énergie d’environ 30%. L’alimentation en eau chaude est fiable, régulière et commode d’utilisation, car l’usager n’a pas à veiller au fonctionnement de sa chaudière ; par ailleurs, il n’y a pas de risque de refroidissement des maisons et appartements du fait d’éventuelles coupures de courant.

Les maisons qui se trouvent hors de portée du circuit de chauffage urbain ont le choix entre différentes innovations tenant compte des impératifs d’un chauffage écologique : dans les maisons individuelles, on s’est remis à aménager des foyers de cheminée, et on fait appel aux immenses ressources en bois présentes en Finlande pour équiper les habitations de chaudières à bois et à aggloméré, dont l’alimentation se fait automatiquement.

Un certain nombre de maisons récemment construites sont chauffées par voie géothermique : on fore un trou s’enfonçant à 50 à 70 mètres sous terre, et on fait remonter la chaleur du sol à l’aide d’une pompe ; la chaleur de l’air d’extraction des maisons peut elle aussi être récupérée à l’aide de pompes. La Finlande bénéficie d’un ensoleillement suffisant pour que cela constitue une source d’énergie thermique, surtout si ce mode de chauffage est associé à d’autres techniques de production thermique en prévision des mois les moins ensoleillés. De telles solutions de chauffage impliquent l’installation d’appareils relativement onéreux et sophistiqués, mais l’énergie est en elle-même pratiquement gratuite et inépuisable. Quant au chauffage électrique direct et aux chaudières à fuel, qui présentent une consommation importante et font dans une large mesure appel à de l’énergie importée, ils sont en voie d’être relégués au magasin d’antiquités.

La conduite hivernale

4021-hiver1_b-jpg

La conduite hivernale exige des pneus spéciaux et une vigilance particulière.Photo: Niklas Sjöblom/taivasalla.net

Les Finlandais utilisent leur voiture presque autant en hiver qu’en été, mais la conduite par temps froid et sur route gelée exige un certain équipement.

La loi fait obligation aux Finlandais de s’équiper de pneus d’hiver ; la période obligatoire d’utilisation de ces pneus court du 1er décembre au 28 février, même si on a le droit, ou plutôt, on est tenu de s’en servir à tout moment de l’année si les conditions d’enneigement l’exigent. Les pneus d’hiver peuvent être soit des pneus contact, dont l’usage est permis toute l’année, soit des pneus à clous, qu’on ne doit utiliser que l’hiver. Les contrôles techniques réguliers des voitures et les contrôles inopinés de la gendarmerie sont l’occasion d’examiner de plus près l’état des pneumatiques, et il n’est pas rare de devoir payer une amende pour cause de pneus trop lisses.

Le début de l’hiver demande toujours aux automobilistes une vigilance accrue : la visibilité baisse, les routes sont glissantes, les temps de freinage rallongent et la neige épaisse rend malaisée la maîtrise des véhicules. Même si tout ceci se répète année après année, les médias ne manquent pas d’annoncer dès les premières chutes de neige que des carambolages se sont encore produit sur les nationales…

Les automobilistes qui se servent de leur voiture en hiver apprécient l’aide que leur apportent les chauffe-moteur électriques, qui facilitent le démarrage par temps froid tout en réduisant la consommation d’essence : une fois de retour devant chez lui le soir, l’automobiliste n’a qu’à raccorder sa voiture à une borne électrique, ce à l’aide d’un câble. En général, on trouve dans les habitations une minuterie permettant de programmer la mise en marche du dispositif à l’heure choisie.

La plupart des voitures sont également équipées d’un chauffe-habitacle, qui s’enclenche en même temps que le chauffe-moteur ; en outre, de nombreuses voitures conçues en fonction des conditions climatiques d’Europe du Nord comprennent en équipement d’origine des sièges chauffants, très appréciés des frileux conducteurs finlandais !

La neige, chapitre 1 : comment s’en débarrasser

4021-winter6_b-jpg

Même si c’est dur, l’important est de garder le sourire!Photo: Rodeo.fi/Juha Tuomi

Dans les régions finlandaises situées le plus au nord, la couche neigeuse fait son apparition en moyenne à la fin octobre, et la neige se maintient jusqu’en mars, ou même jusqu’en juin pour le Grand Nord lapon. Au degré de latitude d’Helsinki, la couche atteint en moyenne 30 à 50 cm, tandis que dans le nord, la neige peut avoir par endroits plus d’un mètre d’épaisseur. Il se produit davantage de chutes de neige sporadiques mais abondantes dans le sud du pays, tandis que le nord voit la couche neigeuse se former de façon plus régulière. Quant aux tempêtes de neige ayant pour effet de congestionner la circulation et l’ensemble de l’activité, on n’en observe que rarement.

Les conditions climatiques de la Finlande expliquent que les Finlandais soient toujours prêts à réagir face à la neige. Par exemple, dès la fin de l’automne dans les différents secteurs de la région d’Helsinki, des équipes d’observateurs quadrillent le terrain au moment des chutes de neige pour s’assurer que l’enneigement ne dépasse pas un seuil au-delà duquel le déneigement s’impose ; si tel est le cas, des chasse-neige se mettent en route à tout moment du jour ou de la nuit à partir de hangars disséminés aux quatre coins de l’agglomération, et dégagent les rues en fonction d’un ordre de priorités fixé par avance. En cas de verglas, les routes et rues sont également sablées et salées, de telle sorte que les Finlandais qui ont à circuler de bonne heure le matin soient au moins assurés de l’ouverture des grands axes.

La campagne finlandaise présente une faible densité d’habitation, et l’entretien de longues sections routières peut y relever de propriétaires fonciers privés ou de syndicats communaux de gestion de la voirie. Le déneigement y est généralement assuré par tel ou tel propriétaire terrien possédant un chasse-neige, qui dégagera la route et les carrefours, les frais des interventions étant répartis entre les différents propriétaires. Chaque automne, de longs bâtons de signalisation de couleur éclatante et dotés de voyants lumineux font leur apparition notamment au bord des routes de campagne : ce sont des repères destinés aux chasse-neige, dont les conducteurs peuvent ainsi distinguer la limite entre la route et le fossé, même sous de fortes chutes de neige.

L’entretien des rues est régi en Finlande par des dispositions légales, et la responsabilité du déneigement y incombe conjointement aux propriétaires privés et aux communes.

La neige, chapitre 2 : comment en profiter

4021-winter7_b-jpg

Les jeux et activités dans la neige impliquent qu’on soit chaudement habillé : revêtus d’une tenue appropriée, ces enfants ne sentiront pas le froid.Photo: Rodeo.fi/Juha Tuomi

Si vous posez la question à des enfants, ils vous répondront que l’hiver est de leur point de vue une période qui n’a que de bons côtés, et qu’ils supportent très bien : n’est-ce pas la saison de la neige ? La joie des petits Finlandais est difficilement descriptible lorsqu’à leur réveil, un matin à la fin de l’automne, ils s’aperçoivent en regardant par la fenêtre qu’un premier manteau blanc vient de recouvrir le sol : les voilà qui se précipitent immédiatement pour faire leur premier bonhomme de neige de la saison !

Mais la neige réjouit tout aussi bien les adultes. Le ski de fond est en Finlande un exercice physique véritablement national, et pratiquement toutes les communes et grandes villes entretiennent des pistes de ski éclairées. La saison culmine avec la course annuelle de ski de fond « Finlandia-hiihto », où environ 5.500 amateurs se lancent sur un parcours de près de 60 km. Par ailleurs, tous les écoliers ont droit en février-mars à une semaine de vacances de ski destinées à permettre aux familles de s’adonner ensemble aux joies des sports d’hiver.

Le ski alpin et les autres sports d’hiver, parmi lesquelles il faut citer particulièrement le snowboard, ont connu un succès croissant au cours des dernières décennies. Dans la région des monts située dans le nord du pays, on compte 18 stations de ski proposant des prestations touristiques diversifiées. Quant à la Finlande du Sud, le centre de sports d’hiver le plus connu y est la station de Tahkovuori, située à 440 km environ d’Helsinki. On trouvera par ailleurs dans l’ensemble du pays des pentes moins accentuées et adaptées à l’apprentissage du ski.

Pratiqué par un grand nombre de Finlandais au même titre que le ski, le patinage est lui aussi une activité sportive très appréciée. Les communes veillent à l’entretien de patinoires en plein air sur les terrains de sport des écoles et autres sites similaires. En outre, des patinoires couvertes sont construites même dans de petites villes, ce à plus forte raison si elles comptent une équipe de hockey sur glace qualifiée pour les Championnats de Finlande de cette discipline.

Pour plus d’informations sur les stations de sports d’hiver de Finlande : http://www.ski.fi

L’important : être couvert en conséquence

4021-winter8_b-jpg

Pour profiter des joies de la neige, une bonne combinaison s’impose!Photo: Rodeo.fi/Mika Heittola

Les Finlandais ne s’enferment en aucun cas chez eux pour l’hiver, et ils prennent alors pratiquement autant d’exercice qu’en été. Quant aux enfants, eux aussi font du sport : les écoliers profitent des récréations pour sortir jouer dans la cour par tous les temps, et les enfants inscrits en halte-garderie ont droit eux aussi à de longs intermèdes ludiques en plein air ; même les bébés de quelques mois font déjà leur sieste dans leur poussette soit à l’extérieur, soit sur le balcon de leur immeuble… et il est un fait certain que leur sommeil est bon !

Le secret des activités hivernales en plein air tient à l’habillement. On commence par passer un maillot de corps et un caleçon long agréables au toucher et perméables à l’humidité ; on trouve aujourd’hui dans le commerce de nouvelles matières qui laissent circuler l’humidité vers l’extérieur de la tenue tout en préservant la chaleur des couches vestimentaires inférieures et en gardant la peau au sec. Puis on revêt une deuxième épaisseur de vêtements adaptée au temps qu’il fait, par exemple une chemise et un pantalon molletonnés, ou bien des vêtements en laine s’il fait très froid. Les vêtements du dessus doivent avoir des propriétés coupe-vent, tout en étant assez amples et agréables à porter ; en fonction de la météo, ces vêtements pourront par ailleurs être matelassés. En général, les enfants portent des combinaisons, tandis que les adultes ont un anorak et un pantalon de ski distincts.

Il convient de veiller tout particulièrement à se protéger les pieds, les mains et la tête du froid. Pour ce faire, il est conseillé d’enfiler des sous-chaussettes absorbantes et anti-frottements, puis des chaussettes en laine, de préférence tricotées maison, avant de passer de confortables chaussures bien hermétiques et dotées de semelles antidérapantes : rien ne gâche plus vite une sortie en hiver que des pieds frigorifiés ! Quant aux gants, on les choisira bien chauds, d’une matière de qualité et dotés d’une bonne tenue. Enfin, ne pas oublier un chapeau protégeant bien les oreilles ; en cas de grand froid, on peut par ailleurs se protéger le visage avec une écharpe en soie à remonter jusque sur le nez.

Il ne vous reste plus qu’à vous lancer sur la pente de luge ou la piste de ski de fond !

Les distractions des soirées d’hiver : cours du soir, vie associative, théâtres, concerts, etc.

En hiver, il fait en Finlande nuit de bonne heure, et les soirées sont longues. Parfois, la seule envie qu’on ait est de se mettre à l’abri du froid et de la tempête de neige en restant bien au chaud chez soi, devant un feu de cheminée ou à la lueur des bougies. Cela dit, les Finlandais ont bien d’autres façons de profiter de leurs soirées d’hiver.

4021-winter9_b-jpg

Le plus populaire de tous les sports d’hiver ne manque ni d’action, ni d’occasions de marquer.Photo: Antti Aimo-Koivisto/Lehtikuva

Quoi de mieux par exemple qu’un bon livre ? Les Finlandais comptent parmi les lecteurs les plus assidus du monde, cette activité étant appuyée par un réseau de bibliothèques couvrant tout le territoire national.

Les Finlandais mettent aussi à profit leurs soirées pour étudier et acquérir de nouvelles aptitudes. Le pays compte environ 250 instituts de formation pour adultes, principalement financés par les communes, qui proposent pour un prix modique des cours variés : cours de langues, artisanat, sciences sociales, enseignement artistique, disciplines sportives, et plus généralement toutes matières dont l’enseignement est d’actualité et pour lesquelles une demande se manifeste. Ces établissements pédagogiques libres sont en Finlande de tradition ancienne, et leurs cours sont fréquentés par près de 800.000 personnes tous les ans.

La Finlande est également la terre promise des associations citoyennes, et l’activité associative y constitue le fondement de la démocratie à la finlandaise. On dénombre à peu près 123.000 associations inscrites au registre des associations, et d’après les statistiques chaque Finlandais est membre de plusieurs associations. Ces associations permettent d’agir collectivement sur la vie locale ou nationale ; elles offrent l’occasion de pratiquer du sport, des activités culturelles, de débattre de questions d’intérêt local, de mettre en œuvre des initiatives de développement coopératif, de défendre les intérêts des enfants, des seniors et des handicapés. Bien entendu, la vie associative permet aussi de s’amuser et de rencontrer des personnes ayant les mêmes goûts que vous.

La vie culturelle est elle aussi animée. Toute ville qui se respecte dispose d’un théâtre, et très souvent aussi d’un orchestre municipal ; les spectacles les plus populaires se jouent à guichets fermés, au point qu’il faut parfois attendre des mois avant d’y assister. Les compétitions sportives comme les matches de hockey sur glace comptant pour les championnats de Finlande réunissent à chaque fois un public de plusieurs milliers de spectateurs.

Cependant, les activités culturelles et sportives ne connaissent pas non plus de ralentissement en été, la seule différence étant qu’elles se transfèrent sur des sites extérieurs : des représentations de théâtre d’été et des festivals de musique sont organisés sur de beaux sites naturels dans tout le pays, tandis que les sports d’hiver font place au base-ball, au football et à l’athlétisme.

Par Salla Korpela

Liens