Comment être Finlandais en suèdois

Nous avons demandé à une journaliste finlandaise suédophone son point de vue sur la place de l’« autre » langue officielle finlandaise dans le pays.

Lire article

Le 6 novembre correspond en Finlande à la fête de la communauté d’expression suédoise, occasion de marquer l’importance de la seconde langue nationale de la Finlande, pays constitutionnellement bilingue. La journaliste finlandaise suédophone Anna-Lena Laurén nous livre son sentiment sur la place qu’occupe la langue suédoise en Finlande.

Le poète finlandais d’expression suédoise Henry Parland (1908-1930) écrivit un jour dans une de ses lettres : « Je suis étranger, où que j’aille ». Il est vrai que cet homme de lettres avait des origines culturelles riches de nombreuses facettes, à l’instar de bon nombre de Suédois de Finlande, autrement dit de Finlandais de langue maternelle suédoise.

Né à Saint-Pétersbourg en Russie au sein d’une famille qui comptait notamment des origines écossaises, Parland effectua sa scolarité en allemand ; mais même s’il parlait aussi le russe et le finnois, il choisit le suédois comme langue d’écriture.

La Finlande compte une population de langue maternelle suédoise depuis le XIIème siècle, époque où eurent lieu des croisades menées depuis le royaume de Suède. Toutefois, les Suédois de Finlande peuvent se réclamer d’un patrimoine culturel et génétique bien plus large, puisque nombreux sont les membres de cette communauté à avoir également du sang russe, allemand, écossais et balte.

 Finlandais ou Suédois ?

3382-12049603-550px-jpg

Les drapeaux finlandais flottent au vent : les Suédois de Finlande n’ont vraiment pas tendance à supporter la Suède lors des rencontres sportives. Photo: Heikki Saukkomaa/Lehtikuva

En confiant qu’il se sentait étranger où qu’il aille, Parland ne faisait pas seulement allusion à ses origines culturelles multiples ; il voulait aussi probablement dire qu’il est très difficile d’expliciter son identité à des personnes qui pensent que nationalité et langue maternelle ne font qu’un. Un Finlandais dont la langue maternelle est le suédois ? Comment cela se fait-il ?

En confiant qu’il se sentait étranger où qu’il aille, Parland ne faisait pas seulement allusion à ses origines culturelles multiples ; il voulait aussi probablement dire qu’il est très difficile d’expliciter son identité à des personnes qui pensent que nationalité et langue maternelle ne font qu’un. Un Finlandais dont la langue maternelle est le suédois ? Comment cela se fait-il ?

Le fait est que les Finlandais de langue suédoise se considèrent catégoriquement finlandais : en d’autres termes, nous ne sommes pas des Suédois installés en Finlande, mais bien plutôt des Finlandais dont la langue maternelle est le suédois. Au demeurant, les pays multilingues ne sont pas une rareté (que l’on se souvienne, ne serait-ce qu’en Europe, des exemples de la Suisse et de la Belgique), même s’il n’en reste pas moins que l’idée fausse qu’un pays ne peut parler qu’une seule langue a la vie dure.

Aussi, un étranger de passage en Finlande qui demanderait à un Finlandais de langue suédoise s’il soutient l’équipe de hockey sur glace finlandaise ou bien plutôt l’équipe de Suède, pourrait bien se mettre à dos son interlocuteur : bien des Suédois de Finlande ont tendance à trouver les questions de ce type carrément désobligeantes…

L’une des deux langues nationales de la Finlande

Les visiteurs étrangers s’étonnent souvent que le suédois ait statut de langue officielle en Finlande, alors que le pays ne compte que 5,5% de suédophones.

3382-994595-500px-jpg

Le Maréchal C.G. Mannerheim peint par Akseli Gallen-Kallela, l’un des artistes peintres les plus connus de Finlande et suédophone lui-même (cliquer sur la photo pour voir l’image en entier). Photo: Jussi Nukari/Lehtikuva

La réponse que l’on peut faire à ceux qui s’étonnent du statut de la langue suédoise en Finlande est que cette langue possède une importance historique et culturelle telle dans le pays qu’on ne peut la réduire à un simple pourcentage. Pendant 700 ans, la Finlande a été partie intégrante de la Suède, cette période ayant acclimaté en Finlande une structure sociale de type occidental ; ainsi, au lieu d’être marquée par la féodalité, la société s’est construite sur l’existence d’une classe d’exploitants agricoles libres par rapport au pouvoir central, ce qui n’a pas été le cas en Russie et dans les pays baltes.

Quand le finnois a commencé à prendre de l’importance en tant que langue administrative et langue des arts, soit au 19ème siècle, les intellectuels d’expression suédoise se sont portés à la pointe de ce processus, car ils se considéraient comme des patriotes finlandais. Au fil de cette évolution, la langue suédoise n’en a pas moins conservé sa position privilégiée dans les milieux culturels.

Une très grande partie des textes littéraires les plus importants du pays a été écrite en suédois, comme par exemple les paroles de l’hymne national finlandais dues à Johan Ludvig Runeberg, unanimement considéré comme le poète national. De même, Jean Sibelius, le compositeur finlandais le plus éminent, était de langue maternelle suédoise, tout comme le Maréchal C.G. Mannerheim, qui occupa les plus hautes responsabilités militaires lors des deux guerres mondiales. Outre sa langue maternelle, Mannerheim parlait le russe, l’allemand, le français et l’anglais, alors que le finnois était en fait sa langue la plus faible. Il faut toutefois noter que tout ceci ne l’empêchait nullement de se sentir finlandais avant tout.

L’importance de la culture suédoise de Finlande dans les arts

3382-1661831-550px-jpg

La dessinatrice et auteure finlandaise suédophone Tove Jansson a créé les Moumines, personnages de bandes dessinées très populaires ; on aperçoit ici en arrière-plan les statues de deux de ces « hippopotames des neiges ». Photo: C.G. Hagström

Les Finlandais de langue suédoise continuent aujourd’hui encore à produire une part de la littérature finlandaise sans commune mesure avec les 5,5% que pèse leur communauté par rapport à la population du pays. L’un des exemples de la créativité des Finlandais suédophones qui vient à l’esprit est la réussite des Moumines, issus de l’imagination de la dessinatrice et auteure finlandaise suédophone Tove Jansson, dont les petits personnages sont devenus le produit culturel finlandais qui s’exporte le mieux.

La communauté de langue suédoise dispose par ailleurs de trois théâtres à Helsinki, ainsi que de 15 journaux au niveau national, de plusieurs stations de radio et d’une chaîne de télévision. C’est dire qu’en Finlande, il existe tout un monde culturel et artistique de langue suédoise en parallèle à la culture finnoise, un dialogue permanent existant d’ailleurs entre les deux sphères linguistiques.

Cette place significative de la culture suédophone de Finlande est l’une des raisons du profond enracinement de la langue suédoise en Finlande, car il ne s’agit pas d’une langue étrangère, mais d’un élément du patrimoine culturel de l’ensemble de la nation finlandaise.

par Anna-Lena Laurén, novembre 2010