Éliminer les déchets dans une économie circulaire

Voici la Finlande Magazine 2016

Lire article

En matière d’utilisation optimale des matériaux et de minimisation des déchets, la Finlande a déjà acquis toute l’expertise nécessaire pour que les technologies novatrices puissent être utilisées dans les secteurs les plus importants.

Le concept d’« économie circulaire », qui prévoit l’utilisation intégrale des produits et leur recyclage, est en train de gagner du terrain au moment même où le monde est confronté à des problèmes majeurs comme le changement climatique et la diminution des ressources naturelles.

L’Union européenne est en train de parachever une ambitieuse stratégie relative à l’économie circulaire tandis que le gouvernement finlandais met la priorité sur des investissements visant à encourager l’économie circulaire au sein de ses nouveaux projets.

Les familles finlandaises ont en matière de recyclage une longueur d’avance dans le domaine des cannettes et du papier.

Les familles finlandaises ont en matière de recyclage une longueur d’avance dans le domaine des cannettes et du papier. Photo: Lassila & Tikanoja

« L’établissement d’une économie circulaire ne devra pas se limiter au recyclage des déchets. Celle-ci doit passer par des changements radicaux remettant en cause aussi bien la sélection des matières brutes, la conception des produits et les nouveaux concepts de service que l’utilisation élargie des flux secondaires de l’industrie pour les matières brutes des autres entreprises », explique Mari Pantsar, directrice de la Durabilité écologique chez Sitra, le fonds finlandais pour l’innovation.

Rationalisation de l’énergie et des produits dans l’industrie

«L’industrie finlandaise de la pâte à papier et du papier est le parfait exemple d’industrie à grande échelle dont presque tous les matériaux et les flux secondaires générés lors du traitement du bois sont déjà utilisés dans de nombreux autres produits ou pour produire de l’énergie renouvelable », explique Pantsar. Aujourd’hui, les entreprises finlandaises trouvent rapidement de nouvelles applications à base de biomatériaux dérivés du bois qui encouragent l’utilisation accrue de biomasse en provenance des forêts finlandaises gérées de façon durable, où le nombre d’arbres plantés est supérieur au nombre d’arbres abattus.

L’utilisation de meilleures matières premières s’accompagne souvent d’économies d’énergie. Dans un pays au climat rigoureux et sans réserves propres de carburants fossiles, la Finlande a depuis longtemps compris qu’elle devait optimiser l’efficience énergétique de son industrie et de ses bâtiments. Un tel savoir-faire exportable prend aujourd’hui toute son importance devant la nécessité de réduire les émissions et d’atténuer le réchauffement climatique.

Parallèlement à l’établissement d’une bioéconomie durable et à un bilan carbone neutre par une meilleure utilisation de la biomasse issue des forêts, la Finlande est en train de transposer activement le concept d’économie circulaire à d’autres secteurs importants.

Pantsar explique que les machines et les équipements électroniques doivent être conçus toujours plus dans un souci de réutilisation de leurs différents matériaux et composants. « Ponsse, un fabricant finlandais d’équipements forestiers, a été l’un des premiers à explorer le concept de modularité de ses produits, en intégrant des pièces à usages multiples à ses machines afin qu’elles puissent facilement se démonter pour être entretenues et réutilisées – une mesure que l’entreprise a appliquée à toutes ses opérations commerciales dans le monde », ajoute-t-elle.

Récolter ce que l’on a semé

Les consommateurs peuvent également contribuer à l’élimination des déchets et au recyclage des biens et des matériaux par le biais de cette économie, en privilégiant davantage les services de crédit-bail, de plans de partage et de produits d’occasion. Les familles finlandaises ont en matière de recyclage une longueur d’avance dans le domaine des cannettes et du papier. L’amélioration du ramassage, du tri et du traitement devra porter dans un deuxième temps sur d’autres matériaux réutilisables, dont les plastiques, les métaux et les textiles.

L’amélioration du ramassage, du tri et du traitement devra porter dans un deuxième temps sur d’autres matériaux réutilisables, dont les plastiques, les métaux et les textiles.Photo: Lassila & Tikanoja

Les producteurs et distributeurs finlandais de l’alimentation cherchent dans le même temps à réduire radicalement le gaspillage alimentaire. St1,une société finlandaise d’énergie, s’est quant à elle distinguée dans la production de biocarburants issus de résidus de l’industrie alimentaire.

A l’échelle des exploitations agricoles, Pantsar explique que le recyclage des substances nutritives nécessaires à la croissance des récoltes est, en Finlande, un autre thème central, notamment parce qu’un excédent des substances issues des terres cultivées renforce les problèmes écologiques que connaît la mer Baltique. « Plutôt que d’utiliser des engrais chimiques importés, les agriculteurs sont encouragés à appliquer des déchets organiques recyclés sur leurs terrains, ou à intégrer des récoltes fixant les matières nutritives dans leurs cycles de culture » explique-t-elle.

Les experts de Sitra sont en train de participer à la création d’une feuille de route ambitieuse visant à faire circuler régulièrement des biens et des matériaux au sein de l’ensemble de l’économie finlandaise. Selon eux, cela pourrait se concrétiser par des milliards d’euros d’économies par an pour les secteurs clés.

« Nos plans mettent l’accent sur une étroite coopération entre l’industrie, les chercheurs, les agences gouvernementales, les législateurs et les autorités locales », explique Pantsar. « Grâce au travail de R&D, il est possible de créer de nouveaux modèles commerciaux et des produits de conception nouvelle qui tiennent compte, dès le départ, de la nécessité d’une maintenance simple, de la multiplicité de réutilisation et du recyclage.

Des vêtements usagés recyclés

New_Clothes_From_Old

 

Des vêtements usagés peuvent désormais devenir tendance grâce à un processus novateur imaginé par VTT, le Centre finlandais de recherche technique, et Ethica, dans le cadre d’un projet finlandais sur l’économie circulaire des textiles.

Lors de la première étape de ce projet révolutionnaire de recyclage, le Centre de recyclage d’Helsinki trie les vêtements en coton qui contiennent des fibres réutilisables, même si leur étoffe est parfois trop usée pour être revendue d’occasion.

Le tissu en coton concassé par les spécialistes de Suez est ensuite dissous sous forme d’alcali pour devenir une solution à base de cellulose. Les nouvelles fibres sont ensuite formées grâce au tissage de cette solution, réalisé dans une ancienne usine de viscose. De nouveaux tissus tricotés sont ensuite fabriqués à partir de la fibre recyclée par l’entreprise finlandaise Pure Waste et transformés en vêtements neufs pour la grande chaîne de prêt-à-porter Seppälä.

Les premiers nouveaux vêtements créés à partir de ce processus seront en vente dès 2016 dans les magasins Seppälä. Ils pourraient également être vendus en ligne et livrés dans des emballages réutilisables de marque RePack, ce qui éliminerait encore un autre facteur d’accumulation de déchets et permettrait aux consommateurs de retourner de vieux vêtements en bouclant ainsi la boucle.
 www.vttresearch.com  

Par Fran Weaver, février 2016