Les 40 parcs nationaux finlandais en images

Diaporama : Des îles de la Baltique aux étendues montagneuses du Grand Nord finlandais, le passionnant livre de la photojournaliste Tea Karvinen compile à la fois de très belles images et un ensemble d’impressions personnelles de l’auteure sur chacun des 40 parcs nationaux que compte la Finlande.

Sobrement intitulée The National Parks of Finland, la vue d’ensemble spectaculaire qu’a réalisée Karvinen sur le patrimoine naturel le plus cher au cœur des Finlandais repose sur sept années de travail au cours desquelles la photoreporter a sillonné la Finlande de long en large. Elle a ainsi passé plus de 700 jours à explorer et photographier les 40 parcs nationaux du pays, se déplaçant pour ce faire à pied, à skis, en patins à glace, en raquettes, en canoë, kayak ou canot à rames, et même parfois en hélicoptère. Vous pourrez découvrir certaines de ses photos dans notre diaporama ci-dessous.

Karvinen a grandi à Helsinki mais n’en a pas moins, malgré sa culture de citadine, ressenti l’appel de la nature sauvage et du Grand Nord dès son enfance. Elle vit aujourd’hui en Laponie finlandaise, non loin du Cercle polaire, après avoir fait ses études de photojournalisme à l’Université de l’Alaska dans les années 1990.

Alors qu’elle était employée dans une station de sports d’hiver américaine en 2001, elle devint accro au skeleton, sport dérivé de la luge qui consiste à dévaler à toute vitesse un couloir de glace tête la première et à plat ventre sur une planche. A partir de là, Karvinen défendit pendant neuf ans les couleurs de la Finlande dans les compétitions internationales de cette discipline sportive.

« Ensuite, il y a environ dix ans, j’étais installée toute seule dans un petit abri forestier permettant l’observation des ours dans leur milieu naturel, avec toute une nuit devant moi et donc tout le temps nécessaire pour réfléchir : c’est à ce moment-là que j’ai décidé de me spécialiser en photographie naturaliste », nous dit-elle. « C’est cette décision qui m’a finalement menée jusqu’à mon projet de photographier tous les parcs nationaux finlandais. »

Les sites les plus sauvages (diaporama)

Des aurores boréales fusent dans le ciel et sur l’eau d’un parc national de Finlande du Nord-Est baptisé en l’honneur du président Urho Kekkonen, qui dirigea la Finlande de 1956 à 1982. Photo: Tea Karvinen

Un phoque annelé du Saimaa prend son bain de soleil sur un rocher du lac Saimaa, plus vaste lac de Finlande situé dans le parc national de Linnansaari. Cette espèce de phoque d’eau douce présente dans les seules eaux du Saimaa et dont la population compte moins de 400 individus est menacée d’extinction : les dangers les plus graves auxquels sont exposés les phoques sont le changement climatique et les filets de pêche. Photo: Tea Karvinen

Au sommet du monde : faire une randonnée dans le parc national Urho Kekkonen dans le Grand Nord finlandais donne l’occasion de se sentir uni à la voûte céleste illimitée. Photo: Tea Karvinen

A partir d’un certain angle de vue, le soleil dessine des contours lumineux autour du corps et de la ramure de ces rennes photographiés en Finlande du Nord. Photo : Tea Karvinen (photo prise dans le parc national de Pallas-Yllästunturi)

Le jour où Tea Karvinen a pris en photo ces deux jeunes chouettes de l’Oural dans le parc national de Sipoonkorpi, dans la grande région d’Helsinki, la mère des oisillons a attaqué l’ornithologue qui essayait de leur fixer des bagues d’identification. Photo: Tea Karvinen

Un brûlage strictement encadré a lieu dans le parc national de Liesjärvi en Finlande du Sud. Le feu constitue un agent de renouvellement naturel de l’écosystème des espaces boisés et fait partie à ce titre des programmes de restauration des habitats forestiers. Photo: Tea Karvinen

Peu importe que le skieur soit flou : cette photo vaut essentiellement pour l’oiseau qui apparaît au premier plan avec son plumage hivernal immaculé. A l’arrivée de l’hiver, le lagopède des saules mue de marron à tout blanc. Photo : Tea Karvinen (photo prise dans le parc national de Pallas-Yllästunturi)

Les tempêtes de neige donnent à la forêt finlandaise un habillage hivernal caractéristique ; quant au soleil, il reste bas au-dessus de l’horizon en hiver. Photo : Tea Karvinen (photo prise dans le parc national de Koli)

Dirigez-vous dans votre kayak droit vers la rive opposée du lac dans le parc national du Päijänne : c’est une belle journée pour faire une sortie au grand air en Finlande du Sud. Photo: Tea Karvinen

Une aide appréciable au sens de l’orientation de ce randonneur : le parc national de Riisitunturi se trouve dans le voisinage du cercle polaire. Photo: Tea Karvinen

Un varappeur escalade une paroi de falaise dans le parc national du Repovesi en Finlande du Sud, avisant au-dessus de lui un arbre qui semble encore plus dans son élément sur la falaise que lui. Photo: Tea Karvinen

Ce lac situé dans le parc national de Koli, dans la région la plus orientale de la Finlande, est parsemé d’îles et entouré de collines boisées. Ce joli paysage est caractéristique de la Finlande tout entière, recouverte de forêts à hauteur de 70% de son territoire et riche de pas moins de 187.888 lacs. Photo: Tea Karvinen

Un brûlage strictement encadré a lieu dans le parc national de Liesjärvi en Finlande du Sud. Le feu constitue un agent de renouvellement naturel de l’écosystème des espaces boisés et fait partie à ce titre des programmes de restauration des habitats forestiers. Photo: Tea Karvinen

Tout en réunissant du matériel pour son livre, Karvinen rencontra et interviewa plus de 150 personnes particulièrement familières des parcs, dont des gardiens de parcs nationaux, des scientifiques et des riverains qui avaient souvent différentes anecdotes extraordinaires à lui raconter. En dehors de ces rencontres, elle a aussi aimé explorer les espaces vierges finlandais toute seule.

« Je trouve que c’est en évoluant seul dans la nature qu’on se connecte plus en profondeur avec elle, et c’est aussi de cette façon que j’ai pu donner toute mon attention à l’observation et à la photographie », confie-t-elle. « Il est possible que j’ai un côté un peu ermite, car même si j’apprécie aussi à l’occasion la bonne compagnie, j’ai souvent besoin de me retrouver seule. Même quand je me trouve sur les sites les plus sauvages, je ne ressens jamais ni solitude, ni insécurité. »

Elle a toutefois connu plusieurs situations très risquées au cours de ses déplacements dans la nature. Dans le parc national de Teijo, elle s’est enfoncée un jour jusqu’aux cuisses dans une tourbière en photographiant des fleurs des marécages d’une espèce rare ; une autre fois, à Koli, un épicéa gigantesque tout chargé de neige s’est abattu au sol sans crier gare, en tombant à tout juste deux mètres de l’endroit où Karvinen était en train de capturer sur pellicule un paysage enneigé, sans toutefois blesser la photographe. Un jour encore alors qu’elle se trouvait dans le parc national de Sipoonkorpi, une énorme maman chouette de l’Oural particulièrement agressive a attaqué l’ornithologue qu’elle était en train d’interviewer pendant que ce scientifique était en train de poser des bagues d’identification sur deux jeunes chouettes prêtes à prendre leur envol et à quitter le nid maternel ; la photo de ces deux oisillons figure d’ailleurs dans le livre.

Même si Karvinen est réticente à l’idée de citer son parc national préféré, elle aime la variété des paysages qu’on rencontre dans les vastes espaces naturels finlandais, par exemple les monts du Grand Nord perdus au milieu des espaces désertiques de l’Arctique, les vastes forêts d’origine immémoriale de la Finlande intérieure ou les innombrables rochers balayés par les vents du grand large émergeant au milieu de l’archipel finlandais de la Baltique. « Cela vaut la peine de visiter tous ces endroits à des moments différents de l’année », assure-t-elle, ajoutant : « J’aime tout particulièrement le tout début de l’été, quand toute la nature qui nous entoure est de première fraîcheur et affiche les tons verts les plus pimpants ; j’aime aussi l’automne avec ses forêts éclatantes de couleurs et l’apparition la nuit des premières aurores boréales dans le ciel de la Finlande du Nord, et aussi le milieu de l’hiver, quand les paysages sont encapuchonnés d’une couche de neige d’un blanc immaculé. »

A la découverte de la Finlande authentique

Dirigez-vous dans votre kayak droit vers la rive opposée du lac dans le parc national du Päijänne : c’est une belle journée pour faire une sortie au grand air en Finlande du Sud. Photo: Tea Karvinen

Elle espère que son ouvrage incitera les lecteurs à faire des sorties dans les parcs nationaux finlandais et autres espaces naturels du pays. « Se rapprocher de la nature est bon pour le bien-être physique et mental », souligne-t-elle. « Si la nature prend de l’importance dans la vie des gens, cela les amènera du même coup à chérir et à préserver nos précieux sites naturels. »

Karvinen a le sentiment que l’impressionnant réseau des parcs nationaux finlandais est riche de nombreux sites extraordinaires que les visiteurs étrangers pourraient avoir grand intérêt à découvrir. Même si les personnes de culture autre que nordique trouvent souvent que les vastes forêts ont quelque chose d’effrayant, elle met l’accent sur le fait qu’il n’y a aucune crainte à avoir en forêt dès lors qu’on y prend un minimum de précautions : «  Pour ceux dont c’est la première expérience dans la nature finlandaise, il est préférable de suivre les sentiers et pistes ou de se faire accompagner par un guide local, ou bien alors d’emporter une bonne carte, un compas et un GPS si l’on a envie de sortir des sentiers battus pour découvrir la “Finlande authentique” qui se niche bien à l’écart des grandes villes du pays. »

Par Fran Weaver, septembre 2017