Solutions de transport combinées au service de villes intelligentes

Voici la Finlande Magazine 2016

Lire article

Grâce à leurs smartphones, les résidents des villes intelligentes pourront à l’avenir être reliés à des services d’intégration de périphériques mobiles qui leur permettront de voyager de manière pratique partout où ils le souhaitent et avec une liberté totale de passer d’un mode de transport à un autre. La Finlande s’affirme au niveau mondial comme pionnière dans ce domaine.

Le concept de ville intelligente englobe toutes les technologies existantes et innovantes qui peuvent faciliter la vie des citadins. Et en matière de déplacement dans la ville, nous pouvons justement être plus « intelligents ». Un programme novateur géré par Tekes et le ministère finlandais des Transports et des Communications ambitionne de concrétiser le concept de « Mobility as a Service » (MaaS) qui vise à promouvoir la mobilité en tant que service.

« L’idée est d’utiliser une application pour smartphone unique capable de gérer tous vos besoins de mobilité en combinant tous les modes de transports possibles et en vous proposant de payer pour tous vos déplacements par l’intermédiaire d’un seul système », explique Sonja Heikkilä , chargée de la coordination du programme MaaS de Tekes en 2015 et aujourd’hui directrice d’un projet visant à développer de nouveaux services de mobilité.

 

Mobilité à la demande

Selon Heikkilä, il est déjà possible dans les grandes villes de développer des services permettant de planifier des déplacements pour couvrir d’autres options, comme les taxis, le covoiturage ou même les vélos gratuits, mais aussi les bus et les trains du réseau public.

Toutes ces options groupées seront fournies par des « intégrateurs de mobilité ». Travaillant dans un tout nouveau secteur commercial, ces fournisseurs de services concurrentiels utiliseront des applications high-tech qui donneront par l’intermédiaire d’interfaces simples d’utilisation des informations sur les horaires, les locations de véhicules et les tarifs des trajets en temps réel, et permettront de réserver immédiatement l’ensemble de votre voyage.

« Selon les termes de votre contrat avec votre intégrateur de mobilité, il vous sera proposé de payer au moment de votre départ pour tous les modes de transport utilisés, de payer d’avance pour une offre limitée dans le temps, ou de payer a posteriori comme on le fait pour ses factures de téléphone », explique Heikkilä.

Tout cela sera possible dès lors que les entreprises de transport permettront aux intégrateurs de mobilité d’accéder à leurs informations et à leurs systèmes de paiement. La Fédération finlandaise des propriétaires de taxis et VR, la Compagnie nationale des chemins de fer, sont déjà ouverts à cette idée.

« En tant que marché petit mais réactif, la Finlande est un excellent terrain d’expérimentation pour ce type d’expériences. Les Finlandais sont relativement ouverts aux nouvelles technologies et le pays compte de nombreux experts en communications mobiles intelligentes, sans oublier les agences gouvernementales qui soutiennent de telles initiatives », explique Heikkilä.

S’agissant des futurs services de mobilité intégrée d’Helsinki, la vision de Mme Heikkilä, telle qu’elle

l’a présentée dans sa thèse soutenue à l’Université Aalto, a attiré l’attention de la communauté internationale. Le magazine Foreign Policy l’a classée parmi les 100 têtes pensantes les plus influentes à l’international pour l’année 2014.

Après avoir développé des applications et des services à travers le programme MaaS pendant l’année 2015, les intégrateurs de mobilité à venir, dont MaaS.fi, Tuup, Tziiip et TeliaSonera, ambitionnent de développer leur projets pilote en conditions réelles d’utilisation dans le courant 2016. Les villes d’Helsinki, Tampere, Seinäjoki, Hämeenlinna et Turku se sont montrées intéressées, tandis que la station de ski d’Ylläs en Laponie prévoit un projet unique visant à aider les visiteurs amateurs de technologies à rejoindre la station et à se déplacer dans ses environs.

« La scène internationale s’est montrée très intéressée par le concept MaaS totalement en pointe développé en Finlande», explique Sonja Heikkilä.Photo: Ari Heinonen

Trains, bateaux et avions

« Malgré le temps nécessaire à l’évolution des mentalités et des comportements, ces systèmes pourraient s’appliquer à grande échelle d’ici deux ans », explique Heikkilä. « La scène internationale s’est montrée très intéressée par le concept MaaS totalement en pointe développé en Finlande. Nous sommes convaincus que de tels projets sont reproductibles et peuvent être appliqués peu à peu sur la base d’une coopération internationale en vue de permettre aux voyageurs d’utiliser des services comparables qui soient compatibles partout dans le monde grâce aux services de mobilité itinérants comme ceux déjà proposés par les télécoms. »

Les compagnies aériennes et maritimes peuvent également rejoindre le système, tandis que dans certaines villes, les véhicules proposant de livrer des biens ou encore la poste pourraient aussi transporter des passagers grâce aux intégrateurs de mobilité.

Heikkilä estime que la conjoncture est propice à de tels projets, notamment parce que les possesseurs de smartphone voient désormais autrement la mobilité. « Les jeunes citadins ne considèrent plus comme si important de posséder une voiture », explique-t-elle. « Ils apprécient plutôt la flexibilité qui leur permet de jongler entre les modes de transport privés et publics et le fait de pouvoir faire des économies avec des solutions de ‘crowdsourcing’ comme le covoiturage ou une simple course. »

Si les tendances de mobilité multimodale peuvent répondre à un besoin de commodité, elles pourront également se traduire par un air plus propre et plus d’espace pour les piétons et les cyclistes dans les rues.

 

Par Fran Weaver, octobre 2016

Liens