Les startups ont tout bon en Finlande

En Finlande, les startups sont admirées et encouragées. Si elles décollent, tout le monde est gagnant.

Lire article

La création d’une entreprise en Finlande est facile et abordable, et cela ne vous prendra qu’une heure si vous le faites en ligne. Il faut toutefois un certain temps pour faire immatriculer votre entreprise », explique Ville Heikkinen, cofondateur et partenaire de Butterfly Ventures, une société finlandaise de capital-risque.

« Butterfly Ventures investit dans des startups en phase de démarrage et qui sont orientées vers la technologie et la science. Nous recherchons des startups à croissance rapide et évolutives, avec une équipe solide et un fort potentiel de marché. »

Dans son travail, Ville Heikkinen rencontre des centaines de nouvelles startups et leur prête une oreille attentive. Selon lui, les secteurs dans lesquels les startups finlandaises possèdent une expertise exceptionnelle sont la technologie médicale, les jeux en ligne, l’intelligence artificielle, la communication sans fil et l’Internet des objets.

Fortes en technologie, modestes en marketing

Ville Heikkinen de la société finlandaise de capital-risque Butterfly Ventures recherche des startups évolutives, en forte expansion et dotées d’un bon potentiel commercial.
Photo Juuso Haarala

En général, les startups finlandaises ont d’excellentes compétences en matière de technologie, mais sont moins habiles en matière de marketing et de ventes. La modestie est une vertu finlandaise, et il n’est pas très naturel pour nous de nous jeter des fleurs.

« Mais les efforts consentis ces dernières années pour développer des écosystèmes solides et favorables commencent à porter leurs fruits, et je rencontre parfois des jeunes entrepreneurs qui font preuve d’un courage et d’une maturité extraordinaires. La mentalité des startups passe d’un mode de pensée opaque de non-divulgation à une attitude de partage semblable à celle de la Silicon Valley où les entreprises s’entraident », constate Ville Heikkinen.

Conseil et financement

Pour commencer, vous pouvez demander conseil auprès des Centres ELY (Centres pour le développement économique, le transport et l’environnement). Si vous venez d’un pays hors UE, vous pouvez demander un permis de séjour spécial startup auprès de Business Finland. Une fois établi, vous avez la possibilité de faire par exemple une demande de financement Tempo auprès de Business Finland.

« Si vous avez une startup axée sur l’innovation sans flux de revenus, mais que vous avez un potentiel d’évolution rapide, vous pouvez rechercher des investisseurs de capital-risque, alors que les startups axées sur les PME, dont l’évolutivité est plus lente mais qui font des recettes avec leurs clients existants, peuvent demander un prêt bancaire », explique Ville Heikkinen.

Universités et entrepreneurs en herbe

D’après Anne Määttä, chargée de cours et directrice de projet à l’Université des sciences appliquées de Kajaani, les étudiants étrangers sont plus que bienvenus en Finlande. La KAMK offre des diplômes validés en anglais, y compris en eSports.
Photo Anu Kovalainen

« Le gouvernement finlandais soutient la formation entrepreneuriale dans les universités. Les innovations et les entreprises sont essentielles pour le succès d’un pays aussi peu peuplé », affirme Anne Määttä, conférencière et directrice de projet à l’Université des sciences appliquées de Kajaani (KAMK). Elle a entre autres pour mission d’apporter ses conseils aux étudiants qui aspirent à devenir entrepreneurs.

« Tous nos étudiants ont un module obligatoire sur les compétences de base en gestion d’entreprise, en plus duquel ils peuvent choisir de suivre un cours en gestion d’entreprise plus long. Notre programme d’études Création de startups comporte une période d’essai d’un an au cours de laquelle les étudiants développent des idées d’affaires avec des mentors. Si vous décidez de créer une entreprise, vous pouvez faire appel à notre service Business Accelarator, une unité dédiée qui vous assiste dans les demandes de financement, la commercialisation et l’internationalisation », explique Anne Määttä.

Elle ajoute que les étudiants étrangers sont les bienvenus en Finlande. « Il existe un large choix d’études académiques à leur disposition. L’université KAMK à elle seule offre cinq diplômes validés en anglais, le plus récent étant en eSports. »

De nombreux professionnels des jeux en ligne sont sortis de la KAMK. Les startups dans le domaine des jeux en ligne de la communauté de Kajaani emploient bon nombre de talents locaux, ce qui fait d’elles une grande source de fierté pour la région.

Par Leena Koskenlaakso, Voici la FINLANDE Magazine 2019

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

En savoir plus

Jeux, chiens et punaises de lit : le site Maria 01 réunit plus de 100 start-ups

Après avoir pris possession il y a peu des locaux d’un ancien hôpital d’Helsinki, la pépinière d’entreprises Maria 01 est en pleine expansion. Nous y avons rencontré trois entreprises : la première développe des jeux en ligne spécifiquement destinés aux femmes, tandis que la deuxième est à l’origine d’une application servant au dressage des chiots ; quant à notre troisième start-up, elle s’est attelée à une mission consistant à faire échec aux punaises de lit.