Mais comment apprendre le finnois ? (2ème partie)

Nos lecteurs ont adoré le début de notre article sur les tuyaux à utiliser pour apprendre le finnois. Voici la suite !

Lire article

Apprendre le finnois est tout à fait possible : pour vous en convaincre, posez donc la question à tel ou tel non-Finlandais ayant acquis la maîtrise de cette langue, en sachant que les étudiants étrangers choisissant de s’atteler au finnois sont aujourd’hui toujours plus nombreux. Pour réussir, il vous faut une attitude positive et entreprenante, et bien évidemment un bon manuel.

Dans cette seconde partie de notre article consacré à l’apprentissage du finnois (première partie consultable ), ce thème ayant d’ailleurs visiblement passionné nos lecteurs, nous donnons la parole à d’autres de nos amis et collègues afin de faire le point sur les manuels de finnois qui leur ont réussi ainsi que sur les tuyaux auxquels ils ont eu recours, d’où de bons conseils qui pourraient bien vous être très utiles si vous souhaitiez à votre tour apprendre le finnois.

N’ayez pas peur de vous tromper !

Si vous avez décidé de vous mettre au finnois, vous êtes à la bonne adresse !

Si vous avez décidé de vous mettre au finnois, vous êtes à la bonne adresse !Photo: flickr/StillBurning, cc by nc 2.0

Marina (Italie): Le livre Suomen kielen alkeisoppikirja (« Le manuel de finnois élémentaire ») et les manuels qui lui font suite dans la même collection, parus chez Finn Lectura sous la signature d’Anna-Liisa Lepäsmaa et Leena Silfverberg, offrent selon moi l’approche la plus complète et la plus systématique de la langue finnoise. J’ai apprécié le fait que ces ouvrages soient intégralement rédigés en finnois, car je trouve que la meilleure méthode consiste à apprendre en se mettant dans le contexte et en prenant le pli de raisonner dans la langue cible.

J’aime bien aussi l’approche pratique du livre Finnish for Foreigners avec ses dialogues et sa partie lexique ; j’ai trouvé notamment très utiles les dialogues figurant sur le CD de cette méthode.

Egalement, le manuel Kato hei – puhekielen alkeet (« T’as vu ça ? Les bases du finnois conversationnel »), de Maarit Berg et Leena Silfverberg (Finn Lectura), auquel s’ajoute un CD, s’avère d’une grande utilité pour qui veut assimiler les rudiments du finnois parlé, avec parfois même des exemples de phrases carrément très familières.

Il est aussi très utile d’apprendre à écrire correctement le finnois : l’ouvrage Tarkista tästä (« Vérifiez ici ») par Hannele Jönsson-Korhola et Leila White (Finn Lectura), spécialement conçu pour les étudiants de Finnois Langue Etrangère et remarquable par son épaisseur raisonnable, fait autorité en la matière.

Les conseils de Marina : Il est important de commencer par apprendre la grammaire finnoise, mais n’allez pas fixer votre attention sur ce seul aspect de l’acquisition du finnois. Lisez des textes finnois et écoutez parler le finnois autour de vous ; à défaut, si vous ne vivez pas en Finlande, utilisez des CD ou servez-vous du web. N’ayez pas peur de vous tromper quand vous dites quelque chose, et pensez lors de votre séjour en Finlande à parler autant que possible la langue du pays !

Parlez autant que vous pouvez

Initialement destinée aux lycéens finlandais, la collection de manuels de la méthode Kipinä (« Faites des étincelles ») permet à toute personne souhaitant apprendre le finnois de se mettre à l’épreuve et de s’ouvrir de nouvelles perspectives.

Initialement destinée aux lycéens finlandais, la collection de manuels de la méthode Kipinä (« Faites des étincelles ») permet à toute personne souhaitant apprendre le finnois de se mettre à l’épreuve et de s’ouvrir de nouvelles perspectives.Photo: voicilaFINLANDE

Nicola (Italie): Le livre Hyvin menee (« Ça va bien ») de Satu Heikkilä et Pirkka Majakangas, paru chez Otava, donne les bases de la langue finnoise tout en illustrant un certain nombre de situations pratiques qui pourraient très bien vous concerner directement lors de votre séjour dans le pays : conversations caractéristiques sur un marché ou au sujet des saisons de l’année, visite chez le médecin, etc. Après une série de courts dialogues et de textes, le manuel propose une présentation synthétique de la grammaire finnoise ainsi que des exercices. Comme ce livre est rédigé exclusivement en finnois, j’aurais tendance à conseiller à ses acheteurs de suivre en plus un cours de finnois sous la direction d’un professeur.

Quant à Kipinä 1–2 – suomea lukioon (« Faites des étincelles, tomes 1 et 2, Finnois pour les lycéens »), un manuel publié par Niina Eloranta et Heidi Lehtosaari toujours chez Otava, c’est un ouvrage qui vient de sortir et qui m’a semblé particulièrement intéressant, à tel point qu’il n’a pas tardé à se retrouver au centre de toutes les conversations à la pause café dans l’entreprise où je travaille. La grammaire y est présentée de façon pratique, à savoir sur fond de thèmes très courants comme l’immigration, la musique, le design, le sauna et bien d’autres sujets encore.

Pour profiter au maximum de cette méthode de niveau avancé (il s’agit en fait d’un manuel de finnois destiné aux élèves des lycées finlandais, donc à des locuteurs de langue maternelle finnoise), je vous conseille de commencer par apprendre les règles élémentaires et les déclinaisons de la langue finnoise ainsi que d’acquérir au préalable un minimum de vocabulaire.

Les conseils de Nicola: D’après mon expérience, l’apprentissage du finnois nécessite un effort de quelques années, ou peut-être juste de deux à trois ans si vous êtes très motivé. Comment accélérer le processus ? Il est évident que vous devrez commencer par acquérir les bases du finnois au cours de la première phase de votre apprentissage. A part cela, il vous faudra parler et écouter à tour de rôle : essayez en particulier de parler autant que vous pourrez. Par ailleurs, voir des films finlandais et suivre les informations en finnois dans les médias vous sera d’une grande aide. Il faut savoir également que les Finlandais sont toujours très sensibles au fait qu’un étranger tente de s’adresser à eux dans leur langue, et ce même s’il commet plus ou moins de fautes. Au final, vous vous rendrez compte que le bénéfice que vous tirerez de vos efforts n’aura pas seulement été d’apprendre une langue, mais de découvrir une culture originale et une façon différente de fonctionner mentalement.

Une fois que vous maîtriserez le finnois, servez-vous en !

Vous prendrez bien une cuillérée de sucre ? Vous aimez mieux le sucrier bleu ou le rouge ? Evidemment, les Finlandais auront une petite préférence pour le bleu, couleur nationale avec le blanc.

Vous prendrez bien une cuillérée de sucre ? Vous aimez mieux le sucrier bleu ou le rouge ? Evidemment, les Finlandais auront une petite préférence pour le bleu, couleur nationale avec le blanc.Photo: flickr/frech, cc by sa 2.0

Matthieu (France): L’ouvrage de Marjukka Kenttälä Kieli käyttöön (« La Langue mise en pratique ») paru chez l’éditeur Gaudeamus est un manuel de finnois entièrement rédigé en finnois : il n’y a pas mieux que ce type de livre pour s’immerger dans la langue finnoise. Vous aurez peut-être besoin de vous faire aider dans un premier temps par un Finlandais, mais vous serez vite autonome. Chacune des leçons est assortie d’explications claires, et le vocabulaire qui est donné est destiné à être repris directement dans les conversations courantes. Après avoir terminé le premier tome, vous serez déjà en mesure d’avoir de courtes conversations.

Le manuel A Grammar Book of Finnish de Leila White (Finn Lectura) pourra compléter utilement le livre précédent en vous aidant à améliorer les points de grammaire qui auraient besoin de l’être.

Les conseils de Matthieu: N’ayez pas peur de vous exprimer en finnois, et continuez sur votre lancée en poursuivant absolument la conversation dans cette langue même si vos interlocuteurs passent tout à coup à l’anglais pour essayer de vous faciliter les choses. D’autre part, il faut tenir compte du fait que les mots finnois n’ont vraiment rien à voir avec les autres langues, d’où l’intérêt d’apprendre le vocabulaire par cœur et de se répéter inlassablement tous ces mots nouveaux.

Simple comme « un, deux, trois »

Les manuels Start to Finnish proposent des dialogues utiles ainsi qu’un ensemble de mots familiers bien pratiques à connaître.

Les manuels Start to Finnish proposent des dialogues utiles ainsi qu’un ensemble de mots familiers bien pratiques à connaître.Photo: voicilaFINLANDE

Anke (Allemagne): J’ai appris le finnois avec le livre Yksi, kaksi, kolme: Finnisch für Deutschsprachige (« Un, deux, trois : Finnois pour les germanophones ») de Senja Riekkinen-Gebbert (paru aux éditions Hempen). Même s’il est possible d’assimiler la langue grâce à ce manuel, j’ai trouvé que le finnois qu’on y découvre était assez châtié ; il ne s’agit en tout cas pas de la langue parlée par le Finlandais moyen dans sa vie de tous les jours.

Dans un second temps, j’ai eu recours au livre From Start to Finnish de Leila White (Finn Lectura), et j’ai vraiment bien aimé cette méthode. Les dialogues que propose ce manuel sont utiles pour avoir de premières conversations dès votre arrivée et votre première visite dans le pays. On y trouve aussi un certain nombre de termes familiers, ce qui est bien pratique.

Les conseils d’Anke: Mon opinion personnelle est que le finnois est une langue dure à apprendre, et pas seulement à cause de la présence à l’écrit de fréquentes lettres doublées. Je trouve surtout que le finnois est difficile à pratiquer, car si vous entrez en conversation avec un Finlandais dans sa langue maternelle, votre interlocuteur aura sans doute vite fait de s’apercevoir que vous n’êtes pas du pays, ce qui très souvent l’amènera à passer instantanément à l’anglais, en pensant d’ailleurs vous être agréable tout simplement. N’empêche, servez-vous de votre finnois et ne vous découragez pas !

 

 

Compilé par Peter Marten, Sabrina Salzano et Sara Vihavainen, septembre 2014

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

Liens