L'industrie forestière en Finlande, partie 2

Forêt rime aussi avec loisirs

La seconde partie de notre série s’intéresse à la durabilité et à la valeur non industrielle de la forêt.

Lire article

Quelle serait la richesse de la Finlande sans ses forêts ? Dans cette seconde partie de notre reportage en trois épisodes, nous poursuivons notre découverte de l’industrie forestière et de son avenir, d’une perspective différente cette fois : nous nous intéressons à la durabilité et à la valeur non industrielle de la forêt.

Malgré une concurrence rude et une efficacité en constante augmentation, les problématiques environnementales prennent une place toujours plus grande au sein de l’industrie forestière. Les consommateurs modernes se sentent concernés par l’origine et les méthodes de fabrication des biens qu’ils utilisent.

2420-oulankajoki-and-bird-550px-jpg

La loi finlandaise sur la forêt est essentielle à la préservation de la biodiversité des environnements forestiers. Photo: Hannu Hautala/VisitFinland

En Finlande, l’industrie forestière n’utilise que des matières premières issues de « ressources certifiées » – c’est-à-dire de forêts dont la durabilité est prise en compte.

La certification de l’origine et de la chaîne logistique du bois devient un élément essentiel avec la mondialisation de cette industrie. Plus de 95 % des forêts commercialement exploitées en Finlande sont certifiées, ce qui représente la quasi-totalité des forêts hors des forêts domaniales. En comparaison, dans le monde entier, moins de 10 % des forêts sont certifiées.

Les entreprises finlandaises souhaitent également respecter les règles de certification dans leurs projets à l’étranger, qu’il s’agisse de l’Amérique Latine, de la Chine ou d’autres régions.

La forêt, plus qu’une source de profit

2420-mushrooms-picking-550px-jpg

Le concept légal du « droit de tout un chacun » signifie que chaque personne peut se promener et ramasser baies et champignons presque partout en Finlande, quel que soit le propriétaire de la forêt. Photo: Riku Pihlanto/VisitFinland

L’industrie forestière moderne vise à combiner trois éléments : économie, écologie et loisirs.

Bien que près de 90 % des forêts finlandaises soient destinées à une exploitation commerciale potentielle, leurs propriétaires n’en négligent pas moins les aspects écologiques et sociétaux. Car la forêt possède également une valeur esthétique.

Les deux tiers des forêts finlandaises sont détenues par des personnes privées. Celles-ci ont donc une tendance toute naturelle à vouloir prendre soin de leur propriété personnelle et à en profiter de bien des manières – et pas uniquement en y faisant pousser des arbres pour l’industrie forestière. Leurs forêts accueillent ainsi des activités comme la marche, la cueillette des baies, la chasse, le ski, le camping, et bien d’autres loisirs encore. Les forêts finlandaises sont parsemées de lacs (le pays en compte 188 000) où l’on peut nager, pêcher, naviguer et, l’hiver venu, patiner.

La loi finlandaise sur la forêt définit les modalités de l’abattage des arbres. Elle joue un rôle clé dans la préservation de la biodiversité de l’environnement forestier. Il existe également un programme volontaire de préservation de la biodiversité forestière, plus connu sous son acronyme finnois METSO.

Ce programme permet aux propriétaires forestiers privés de protéger les ressources naturelles importantes de l’abattage et de percevoir un remboursement de la valeur du bois pour la zone protégée.

Gardez un œil sur cette rubrique pour découvrir le prochain article de la série, qui se penchera sur les nouvelles utilisations surprenantes du bois et de ses produits.

Par Vesa Kytöoja, février 2013

Voir aussi sur voicilaFINLANDE

Liens